Terminologie

Le tilter


Danse forum
Ter­mi­no­lo­gie

!!Le til­ter


Je réponds ici à cer­tains d’entre vous qui me demandent des pré­ci­sions sur le til­ter, le lien entre le tilt et le til­ter, le rôle du til­ter.

Ber­nard Bel com­plète la réflexion en fin d’article.

Le mot est pure inven­tion… et pro­po­si­tion

si tu inventes le tilt, tu inventes le til­ter !

Nous ver­rons bien si ce mot fait son che­min et com­ment, ou si nous en trou­vons un meilleur.

Depuis long­temps nous vou­lions trou­ver un nom pour rem­pla­cer celui de « joker », que nous avions emprun­té au théâtre forum. Nous avons adop­té pro­vi­soi­re­ment « meneur », « meneuse », qui nous sem­blait plus neutre. En foru­mi­sant des danses forum, nous nous sommes vite ren­dus compte que ce terme pas­sait mal, jamais il ne venait en bouche en quelque sorte, trop fade sans doute, et aux oreilles il son­nait incon­gru.

Mener un groupe, c’est se pla­cer devant lui, or celui qui endosse le rôle doit se faire oublier.

Son action est plus dans le res­sen­ti du bon moment

pour dire ou ne pas dire

pour veiller à la danse, la musique, au verbe, comme on veille sur le grain

sur l’énergie, l’espace, la durée, la liber­té et le res­pect mutuel

sans les mode­ler ni user d’autoritarisme

ce qui n’est jamais gagné…

Son action est dans la refor­mu­la­tion de la pro­blé­ma­tique sans impo­ser son point de vue, dans la sug­ges­tion his­toire de ne pas tom­ber dans la sujé­tion.

Bref, il lui faut le duende, le ki, une bonne connais­sance de la danse et du pro­ces­sus de mise en forum, il lui faut l’esprit alerte et inven­tif, il lui faut le tilt… en tous cas, il l’appelle de ses vœux !

Le til­ter serait celui qui a, ou au moins cherche, le tilt, et qui fait tilt,

et… le tilt fait til­ter le til­ter, par un p’tit cla­que­ment des doigts, ou un clap­pe­ment doux des mains, ou un chant d’oiseau, toutes choses recon­nais­sables entre mille pour signa­ler l’idée qui arrive, qui peut chan­ger la donne, la faire rebon­dir.

Le tilt, cha­cun peut s’en empa­rer : le til­ter, qui serait un peu le « maître du tilt », ou son déci­mètre, ou son cen­ti­mètre ; mais aus­si, quand ils en sentent la néces­si­té, le dan­seur et le public en idée d’intervenir, de chan­ger quelque chose, de pro­po­ser…

Autant le clap­pe­ment de main tel qu’on le pra­ti­quait pou­vait être un arrêt
autant le tilt peut être une pro­po­si­tion pour aller de l’avant, remuer la car­casse, se sur­prendre, se réveiller, lais­ser les neu­rones s’épanouir et se bros­ser le dos
his­toire de prendre un peu de liber­té…

Andréine

PS : Pour cer­tains des pra­ti­quants de danse forum, ce terme ne leur parle pas, il ne sera donc pas adop­té pour le moment.

Neige vio­lente -

tant de choses à écrire

encore

Hashi­mo­to Taka­ko



Février 2011

Je reviens sur le mot « Til­ter », pour le repro­po­ser.

Pour la ter­mi­no­lo­gie en danse forum, nous avons opté pour des termes géné­riques, qui enferment le moins pos­sible, de façon à pou­voir les faire bou­ger de sens au gré de la pra­tique et leur redon­ner une richesse quand ils ont été dévoyés.

Pen­dant long­temps, comme nous en avions conve­nu, je me suis effor­cée de nom­mer mon rôle lorsque je l’endosse, meneur/euse, mais je ne m’y suis jamais faite, cela me rend même incon­for­table, parce que je ne mène en rien qui que ce soit, ni quoique ce soit. « Ani­ma­trice » ne convien­drait pas non plus, car en plus d’être un terme sou­vent écu­lé, je n’ai rien à ani­mer.

Les autres mots dont nous avons doté la danse forum se sont adap­tés sans pro­blème à l’esprit et la forme de cette pra­tique.

Don­ner un nom à ce rôle est néces­saire : lorsque quelque chose n’est pas nom­mé, cela n’existe pas, a for­tio­ri un rôle.

Voi­ci ce que je peux dire pour la défense du til­teur

- c’est un mot inven­té, un néo­lo­gisme, le seul que nous pour­rions nous per­mettre avec le mot danse forum, qui n’existait pas non plus avant que nous éla­bo­rions ce concept et cette pra­tique. Ce pour­rait être notre « marque de fabrique », en quelque sorte (comme je pense « spec­tac­teur » est la marque de fabrique du théâtre forum).

- ce mot inven­té ne vient pas de nulle part, il vient d’un mot exis­tant « tilt » (comme « danse forum » vient de « théâtre forum », terme qui lui-même n’existait pas avant que cette pra­tique ne soit concep­tua­li­sée).

- les défi­ni­tions du tilt dans le TLF

http://​atilf​.atilf​.fr/​d​e​n​d​i​e​n​/​s​c​r​i​p​t​s​/​t​l​f​i​v​5​/​a​d​v​a​n​c​e​d​.​e​x​e​?​8​;​s​=​1​6​7​1​1​9​4​265 ;

où on trouve les notions de jeu, d’arrêt sou­dain, de mesure, échouer, frap­per l’esprit ou l’attention de quelqu’un, faire com­prendre subi­te­ment, éveiller des sou­ve­nirs, sus­ci­ter des réflexions ou des ini­tia­tives, don­ner des idées, per­mettre une remise en ques­tion, une com­mu­ni­ca­tion authen­tique, ren­ver­ser, bas­cu­ler : je retrouve tout cela lorsque je suis dans ce rôle et que je l’assume.

- don­ner un nom a celui qui (fait) tilt est drôle, cela ne se prend pas au sérieux, et c’est peut-être le point pour moi le plus impor­tant, une signa­ture en forme de clin d’œil.

- nous pour­rions accom­pa­gner ce mot til­teur d’autres mots entre paren­thèse (celui qui (fait) tilt, trans­crit les mots, veille aux trois espaces…)

Je sais que ce terme ne fait pas l’unanimité, mais je pro­pose qu’on l’adopte pour l’instant, qu’on l’essaye, et qu’on le rem­place si un jour on en trouve un meilleur.

Andréine Bel

A pro­pos des néo­lo­gismes : dans les engue­lades entre dia­lec­to­logues et socio­lin­guistes je me range presque tou­jours aux côtés des socio­lin­guistes… Autre­ment dit, de ceux qui refusent une concep­tion aca­dé­mique et conser­va­trice des langues. Les néo­lo­gismes font par­tie de la vie d’une langue.

Mais, dans un monde où les contacts entre langues sont de plus en plus inévi­tables, c’est la créo­li­sa­tion qui a le der­nier mot. Donc, dans le choix ou l’invention d’un mot, je regarde en pre­mier s’il peut cir­cu­ler entre plu­sieurs langues euro­péennes. Créer un mot peut être néces­saire lorsqu’il couvre une idée nou­velle bien pré­cise. Je n’ai pas inven­té la « bra­vi­tude », mais « poly­me­tric struc­ture » m’a ouvert de nom­breuses portes.

Reprendre un mot en fai­sant glis­ser son sens peut être un exer­cice exci­tant entre ini­tiés, mais c’est catas­tro­phique dans l’interlangue. Des mots comme « décons­truc­tion » et « pro­blé­ma­ti­sa­tion » en sont de tristes exemples, nous l’avons déjà vu.

Le mot « tilt » se pro­page dans toutes les langues euro­péennes. (Je suis sûr que les Japo­nais vont ado­rer.) Par contre, un mot comme « meneur » se tra­duit par des mots à réson­nances plu­tôt glauques : leader/Führer/duce/…

Même dans sa conno­ta­tion ludique, le tilt peut se faire savou­reux :

>Dis­po­si­tif dont sont munis les billards élec­triques et qui inter­rompt la par­tie dès que le joueur secoue trop l’appareil pour amé­lio­rer son score ; signal lumi­neux indi­quant par le mot tilt que la par­tie est inter­rom­pue. Il faut avoir la pos­si­bi­li­té de tri­cher en secouant l’appareil. Le tilt n’indique qu’une limite à ne pas dépas­ser. C’est une menace déli­cieuse, un risque sup­plé­men­taire, une sorte de second jeu gref­fé sur le pre­mier (Jeux et sports, 1967, p. 1127). Un peu de dou­ceur, un peu de vio­lence, pas trop, sous peine de déclen­cher le « tilt », l’arrêt de l’appareil, le néant, la mort (Le Nou­vel Obser­va­teur, 2 avr. 1973, p. 53, col. 1).

Une menace déli­cieuse : on va se pro­blé­ma­ti­ser ça ! 🙂

Ber­nard Bel

Article créé le 16/02/2020

4 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
85 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *