Terminologie

Éveil des muscles versus éveil des sensations


Danse forum
Ter­mi­no­lo­gie

!!«Eveil des muscles » ver­sus « éveil des sen­sa­tions », 7 mars 2009 



Nous n’avions pas de terme pour dési­gner l’échauffement qui est le nôtre en danse forum – alors que « l’éveil des muscles » a été adop­té depuis presque un an pour dési­gner notre échauf­fe­ment en danse recherche.

« Echauf­fe­ment sen­sible » m’avait été souf­flé par Leo­nar­do et dans un sens il convient assez bien, car il désigne les sen­sa­tions à l’origine de l’échauffement, qui le condi­tionnent. Mais que serait un échauf­fe­ment insen­sible ? Les types clas­siques d’échauffement ?

Cette remarque mise à part, le terme échauf­fe­ment sen­sible a l’avantage d’être assez géné­rique pour avoir à être spé­ci­fié ensuite.

Pour­tant, hier, lors de notre pré­pa­ra­tion à la danse forum, c’est venu comme un ru en crue.

Un terme a fini par réa­li­ser entre nous (qui étions cinq hier), pour l’instant, une una­ni­mi­té qui ne se laisse pas faire quand-même, qui garde une petite réserve et demande à réflé­chir. Bref ce terme demande encore réflexion, mais le voi­ci : « l’éveil des sen­sa­tions ».

La pre­mière objec­tion a vite fusé :

On n’a pas besoin de réveiller les sen­sa­tions, elles sont là, elles s’imposent à nous !

Réveil et éveil sont dif­fé­rents : on se réveille d’une bonne ou mau­vaise nuit, d’un som­meil lourd ou léger, mais on s’éveille au jour, à la fraî­cheur de l’air ou à la dou­ceur de la nuit.

Qu’est-ce que la sen­sa­tion, m’a‑t-on deman­dé récem­ment. Oui, la ques­tion doit être posée, quand depuis l’enfance on apprend à s’en méfier, à les igno­rer ou à les contrô­ler pour les modi­fier (ten­sion, crampe, engour­dis­se­ment etc.)

En par­lant, nous réa­li­sons que toute sen­sa­tion peut être vue d’un point de vue phy­sique ou men­tal. Il nous faut donc apprendre à dis­tin­guer sen­sa­tion et émo­tion. La sen­sa­tion part du phy­sique pour aller vers le men­tal (inter­pré­ta­tion, res­sen­ti), alors que l’émotion part du men­tal pour aller vers le phy­sique (mani­fes­ta­tions psy­cho­so­ma­tiques).

Deuxième objec­tion toute aus­si vive :

On n’a pas besoin de diri­ger les sen­sa­tions, puisque jus­te­ment en danse forum on les laisse se déployer.

L’éveil est un accueil, on reçoit une sen­sa­tion, on la laisse œuvrer en nous. Le réveil lui, serait en effet plus volon­taire, diri­giste.

Retour sur le tapis pour voir venir. Alter­nance pour moi de « l’échauffement sen­sible » de danse forum, avec « l’éveil des muscles » de la danse recherche.

Com­pa­rai­son immé­diate et à chaud, point par point.

- L’éveil des muscles démarre avec un muscle, qui attire l’attention et sol­li­cite la per­sonne pour répondre à ses besoins. Le mou­ve­ment che­mine alors le long des chaînes mus­cu­laires.

La peau et les os deviennent concer­nés, la chair et les fas­cias. Le men­tal et l’émotionnel embrayent, des revé­cus dou­lou­reux font sur­face, se gué­rissent éven­tuel­le­ment de par le regard neuf et plus mature car pos­té­rieur à l’événement. Des sou­ve­nirs émergent et embrasent le corps.

Mais de démar­rer avec quelques fibres de muscle, cela per­met d’aller au plus simple, déjà infi­ni­ment com­plexe. Et puis les muscles, c’est ce qui per­met le mou­ve­ment, interne comme externe, celui des entrailles comme celui des jambes, celui de la vie.

L’éveil des sen­sa­tions sert d’échauffement en danse forum. Il se fait à par­tir des sen­sa­tions phy­siques (pour mieux faire la part avec les émo­tions) et glo­bales de l’ensemble du corps. Par­mi ces sen­sa­tions, une va s’imposer et nous sol­li­ci­ter, une qui demande une atten­tion par­ti­cu­lière. La prendre en compte va resur­gir sur les autres sen­sa­tions, phy­siques et émo­tion­nelles.

- Le muscle peut être exci­té ou amorphe, dur ou mou, chaud ou froid, nous l’accueillons incon­di­tion­nel­le­ment, comme lors d’un ren­dez-vous amou­reux.

La sen­sa­tion de même. Son éveil la révèle douce ou ter­rible, nous l’acceptons telle quelle, rien à jeter dirait Bras­sens.

- Le mou­ve­ment mus­cu­laire se déploie selon ses propres besoins et déci­sions, nous nous met­tons à sa dis­po­si­tion, nous l’accompagnons sans le juger, sans le diag­nos­ti­quer, sans le diri­ger. Nous lais­sons œuvrer le mou­ve­ment en nous, qui se rééduque de lui-même, en tra­vaillant l’organisme.

La sen­sa­tion éveillée va se déployer et sou­vent se modi­fier peu à peu.

- Quand la volon­té prend le des­sus pen­dant l’éveil des muscles, comme pen­dant l’éveil des sen­sa­tions, l’organisme envoie immé­dia­te­ment des signaux : il s’ennuie, se refroi­dit, se met dans une posi­tion inte­nable, nau­sées, bat­te­ments accé­lé­rés du cœur sont pos­sibles. Dès que l’on revient à l’involontaire et au spon­ta­né, le corps se « retrouve » et la per­sonne devient atten­tive, curieuse et inté­res­sée à ce qui se passe en elle.

- L’éveil des muscles se recon­naît au fait qu’il échauffe le corps et qu’il fait du bien, qu’il donne du plai­sir (du fait de la mise en action des muscles lisses ?).

Paral­lè­le­ment, les sen­sa­tions éveillées vont être appri­voi­sées et che­mi­ner à leur rythme, le regard est apai­sé, même quand les sen­sa­tions à l’œuvre sont dif­fi­ciles à sou­te­nir, nous en avons sou­vent fait l’expérience.

- La récon­ci­lia­tion avec son corps va per­mettre une créa­ti­vi­té qui nous dépasse, car nous sor­tons des habi­tudes ges­tuelles subies. Les mou­ve­ments sont presque tou­jours éton­nants pour soi. C’est ce qui rend cet échauf­fe­ment si créa­tif en danse recherche.

La récon­ci­lia­tion avec ses sen­sa­tions est elle comme la clé d’Alice au Pays des mer­veilles, elle ouvre sur un monde foi­son­nant et étrange. C’est en cela que ce type d’échauffement est pré­cieux en danse forum.

Tous ces paral­lèles entre l’éveil des muscles et l’éveil des sen­sa­tions se rejoignent à l’horizon

L’éveil des muscles éveille les sen­sa­tions et vice ver­sa, au fur et à mesure que l’on che­mine. Un peu à la manière des rails d’un train qui se rejoignent sous notre regard pen­dant que l’on avance.

Entre besoin et désir, entre volon­taire et invo­lon­taire, entre conscient et incons­cient, l’éveil et son corol­laire le spon­ta­né repré­sentent une porte d’entrée pour la danse, pour l’art en géné­ral.

Et ce qui est peut-être le plus impor­tant pour moi : ils n’éloignent pas pour autant l’artiste des tech­niques volon­taires, ni, en ce qui concerne la danse, de la cho­ré­gra­phie. Au contraire, ils en faci­litent l’accès, comme en témoignent nos amis Emma et Leo­nar­do.

Nous avons fait un détour par Spi­no­za, car s’accepter comme on est ne veut pas dire être fata­liste et ne pas bou­ger ni pro­gres­ser, mais je vous dirai cela plus tard…

La plume est à vous, pour réagir et dire ce que vous pen­sez de tout cela !

Andréine Bel

d’après les retours oraux pen­dant l’atelier, de : Andréine B, Céline L, Johan­na B, Laurent B, Nadine G.

Article créé le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
69 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *