Pour mémoire

La danse forum premier texte


Varia­tions
Pour mémoire

!! La danse forum – mai 2008

’’Pre­mier texte qui situe et défi­nit la danse forum en mai 2008. Ce texte sera revi­si­té régu­liè­re­ment, et nous gar­de­rons trace de chaque étape, pour voir les trans­for­ma­tions en danse forum, au fil des années.’’



Le concept de danse forum est emprun­té à celui de théâtre forum mais se déve­loppe autour des spé­ci­fi­ci­tés de la danse.

C’est une forme de danse « coopé­ra­tive » qui sol­li­cite les sen­sa­tions, la réflexion et l’imagination créa­trice pour résoudre les pro­blèmes expo­sés à tra­vers des thèmes choi­sis, qu’ils soient artis­tiques, sociaux ou rela­tion­nels. L’imagination créa­trice, ou « Bha­va­na », est un concept intro­duit aux envi­rons du 10e siècle par les phi­lo­sophes indiens Anan­da­vard­ha­na et Abhi­na­va­gup­ta. Il a été déve­lop­pé plus tard en Occi­dent par l’anthropologie théâ­trale (Tavia­ni 1985).

Dans cette approche, comme dans celle du théâtre forum, l’expertise est ren­due à l’humain et non à l’interprète qui a la tech­nique la plus abou­tie. La tech­nique de danse fait place à « l’infra tech­nique ». L’infra tech­nique est invi­sible, et elle « donne à voir » ce qui ne peut être per­çu à l’œil nu : l’expertise du mou­ve­ment et de l’art, appor­tée par le cours de la vie, incor­po­rée dans la pra­tique. Comme la poé­sie, elle peut se trans­mettre mais pas s’enseigner, sous peine de la déna­tu­rer.

La danse forum a pour but de rame­ner la danse dans la vie et la vie dans la danse, ain­si que d’éduquer le regard, alliant l’esprit cri­tique au non-juge­ment. La « pro­blé­ma­ti­sa­tion » et les dif­fé­rentes façons d’y répondre sont au centre de la danse forum. Cette pro­blé­ma­ti­sa­tion s’inspire de Pau­lo Freire : pro­blé­ma­ti­ser (Edu­ca­tion for cri­ti­cal conscious­ness, 1973), revient à « lais­ser le soin aux acteurs de codi­fier la réa­li­té dans son ensemble, au moyen de sym­boles qui leur per­mettent ensuite d’exercer une conscience cri­tique et de deve­nir des agents de trans­for­ma­tion de leur réa­li­té sociale. Deve­nir des sujets, plu­tôt que des objets, de leur propre his­toire. »

La danse forum coopère avec d’autres arts : poé­sie, musique vivante, vidéo, pein­ture (tableau ou hap­pe­ning), sculp­ture, ins­tal­la­tion et théâtre.



’’’[+His­to­rique+]’’’

La danse forum est née d’une expé­rience de « scène ouverte » le 9 juillet 2005, dans le cadre du fes­ti­val du Plus Beau Théâtre du Monde à Mira­beau, près de For­cal­quier (04), où inter­ve­naient Augus­to Boal, fon­da­teur du théâtre forum et du théâtre de l’opprimé, Julian Boal et San­joy Gan­gu­li.

’’’[+Dérou­le­ment typique d’une repré­sen­ta­tion publique de danse forum+]’’’

Ce sché­ma est don­né à titre indi­ca­tif, prin­ci­pa­le­ment pour illus­trer les conver­gences et diver­gences entre danse forum et théâtre forum ou théâtre de l’opprimé. De nom­breuses variantes ont été expé­ri­men­tées en ate­lier.

’’’Les par­ti­ci­pants’’’

Ils sont : les « forum­dan­seurs », les « spec­ta­dan­seurs » et le joker.

*Les « forum­dan­seurs » doivent être au moins deux. Ils forment la troupe qui éla­bore l’interprétation et l’improvisation.

*Les « spec­ta­dan­seurs » consti­tuent le public. Quand ils en sentent la néces­si­té et la per­ti­nence, cer­tains montent sur scène, en fai­sant de nou­velles pro­po­si­tions aux dan­seurs. Le spec­ta­dan­seur peut alors soit s’ajouter aux dan­seurs, soit en rem­pla­cer un après avoir tou­ché son épaule.

*Le « joker » est garant du bon dérou­le­ment de la danse forum, dans le res­pect de cha­cun et l’attention à l’autre. Il consulte ora­le­ment le public et les dan­seurs, arti­cule les pro­po­si­tions et faci­lite le pas­sage entre la salle et la scène. Il s’occupe aus­si du démar­rage des séquences de danse, de la musique, de la vidéo et du dia­logue avec les spec­ta­dan­seurs. La « carte joker » per­met à tout par­ti­ci­pant d’intervenir comme un joker pour un ins­tant (voir plus loin).

C’est le joker qui inter­rompt une scène lorsqu’il sent qu’elle est abou­tie, mais aus­si lorsqu’elle s’enlise, devient hors sujet, hors cadre/règles, ou encore redon­dante. Comme dans le théâtre forum, son inter­ven­tion vise à favo­ri­ser une prise de conscience des pro­blèmes plu­tôt que de pro­po­ser des solu­tions. Il lui faut mettre immé­dia­te­ment en dis­cus­sion ce qui vient de se dérou­ler de manière à ce que cha­cun puisse faire par­tie du pro­ces­sus de créa­tion des élé­ments de la danse forum. De cette façon, les par­ti­ci­pants tra­vaillent à la fois sur le fond et sur la forme.

Le joker s’assure de la bonne cir­cu­la­tion de la parole entre les par­ti­ci­pants lors des bilans.

’’’La mise en route’’’

L’accent est mis sur l’émergence des sen­sa­tions, et débute par « l’éveil des sen­sa­tions ».

Pen­dant la danse, deux pro­cé­dés peuvent être uti­li­sés :

*L’expressivité : se relier aux sen­sa­tions de l’instant et les lais­ser don­ner nais­sance au mou­ve­ment.

*La pré-expres­si­vi­té : l’attention se foca­lise sur ce qui se passe en amont de l’expression, la posi­tion de chaque par­tie du corps, et laisse l’expression naître d’elle-même sans inten­tion de la pro­duire.

Les deux approches visent à pré­ser­ver à chaque ins­tant une neu­tra­li­té de base : avoir un regard exté­rieur et inté­rieur à la fois, pour ne pas ver­ser dans le psy­cho­drame ni la danse thé­ra­pie qui ne sont pas du res­sort de la danse forum.

L’équilibre entre ces deux pôles que sont l’expressivité et la pré-expres­si­vi­té nour­rit une forme d’auto-apprentissage par le dis­cer­ne­ment et sti­mule la créa­ti­vi­té par l’abandon des habi­tudes de mouvements/pensées.

’’’Le forum’’’

*L’espace scé­nique est amé­na­gé en demi-cercle ou U, avec les spec­ta­dan­seurs devant et sur les côtés, et un fond de scène.

*Émer­gence d’un thème lors de la pré­pa­ra­tion par les forum­dan­seurs, à par­tir de leurs sen­sa­tions et besoins. Ce thème e l’immédiateté peut se « frot­ter » à un thème choi­si en amont de la repré­sen­ta­tion.

*Impro­vi­sa­tion par les forum­dan­seurs, à par­tir du thème.

*Retour ver­bal des spec­ta­dan­seurs qui disent ce qu’ils ont vu et donnent leurs sug­ges­tions. Ils for­mulent la pro­blé­ma­ti­sa­tion.

*Inter­ven­tion d’un ou plu­sieurs spec­ta­dan­seurs, qui s’ajoutent ou rem­placent un dan­seur selon leur déci­sion. Les pro­po­si­tions des spec­ta­dan­seurs vont influer sur la danse en cours. Les dan­seurs doivent s’adapter et évo­luer en gar­dant souple mais ferme leur ligne direc­tive et leurs consignes.

*Variantes autour d’un même thème, aus­si nom­breuses que sou­hai­tées autour de la pro­blé­ma­ti­sa­tion qui évo­lue peu à peu.

*Bilan géné­ral et éva­lua­tion du forum par tous les par­ti­ci­pants lors du vision­nage de la vidéo témoin.

’’’Spé­ci­fi­ci­tés de la danse forum’’’

*La danse peut être concrète ou abs­traite. Plus qu’un lan­gage, elle est la poé­sie du « non-dit ». L’abstraction per­met l’exploration de la com­plexi­té de la vie, de l’être et des situa­tions.

*La danse par­tage avec le lan­gage la pos­si­bi­li­té de se pen­cher sur la vie, sur l’art – tous les arts. Elle peut tou­cher du corps les pro­blèmes de vie : le trac, le juge­ment, la cas­tra­tion artis­tique ; les pro­blèmes artis­tiques : le vide et le plein, la pro­jec­tion et l’imagination, l’illustration et la dis­tance, la des­truc­tion et la recons­truc­tion, l’ordre et le chaos… Elle se marie avec le monde sonore, pic­tu­ral et archi­tec­tu­ral qui la nour­rissent de sen­sa­tions.

*La réso­lu­tion du pro­blème choi­si se fait par touches suc­ces­sives au fil des inter­ven­tions des spec­ta­dan­seurs.

*Lorsque la danse forum se donne comme base « les sen­sa­tions » plu­tôt que l’esthétique, ou l’onirique, le contact, l’abstraction etc., la forme impro­vi­sée s’impose. La sen­sa­tion est aus­si bien le fruit du moment que celui de toute une his­toire. Elle est hau­te­ment éla­bo­rée, et en même temps spon­ta­née et immé­diate. La sen­sa­tion est à l’interface entre soi et le monde, le volon­taire et l’involontaire, le conscient et l’inconscient. Elle exprime l’immanence de ce qui est.

*À chaque reprise d’un thème, le dan­seur ne l’exprime pas de la même façon. Il y a une évo­lu­tion dans l’expression et dans le ren­du, quel que soit le nombre de fois qu’un thème est choi­si.

*Dan­seurs et spec­ta­dan­seurs par­ti­ci­pants se trouvent dans un équi­libre instable entre volon­taire et invo­lon­taire, pré­vi­sion et spon­ta­néi­té, consigne du moment et créa­ti­vi­té, expres­sion « mon­daine » et « extra-quo­ti­dienne ». (Ce terme est emprun­té à Bar­ba & Savarese.Voir aus­si Bel, 1992. Voir la biblio­gra­phie)

*Le recours au mimé­tisme du quo­ti­dien et à la théâ­tra­li­té du geste dans la danse est une solu­tion de faci­li­té. Cette solu­tion abou­tit à la redon­dance des signes et à l’illustration du pro­pos, à moins que mimé­tisme et théâ­tra­li­té ne soient choi­sis et employés à bon escient, ponc­tuel­le­ment.

*L’économie des moyens : celle-ci aide à aller à l’essentiel tout en ouvrant des pos­si­bi­li­tés infi­nies. Le dan­seur ne peut se cacher, comme cela arrive par­fois, der­rière une tech­nique, ni un esthé­tisme de cir­cons­tance, une mise en scène et des éclai­rages coû­teux, ni même une cho­ré­gra­phie abou­tie. Il doit trou­ver ses res­sources en lui-même, dans son authen­ti­ci­té et sa capa­ci­té à être à l’écoute de l’autre et de ce qui l’entoure.

’’’La carte joker’’’

Lorsque le joker est débor­dé ou inat­ten­tif, les dan­seurs peuvent le relayer en uti­li­sant leur « carte joker », ce qu’ils signi­fient en levant la main et en pre­nant la parole. La carte joker peut être uti­li­sée par chaque membre de la troupe autant de fois que néces­saire (cette pro­cé­dure n’existe pas en théâtre forum.) :

*En intro­duc­tion : pré­sen­ta­tion de la danse forum, rap­pel des consignes et des buts prin­ci­paux.

*Pen­dant la danse forum : répondre aux besoins expri­més par les spec­ta­dan­seurs, pos­si­bi­li­té de recen­trer les débats, cibler les ques­tions, déga­ger les thèmes, pro­po­ser des mises en scène cho­ré­gra­phiques, favo­ri­ser la par­ti­ci­pa­tion de tous, veiller au rythme glo­bal…

*Pen­dant le bilan : la carte joker per­met à tout forum­dan­seur de veiller au bon fonc­tion­ne­ment des échanges ver­baux. Un équi­libre est à trou­ver entre les sti­mu­la­tions et régu­la­tions de ces inter­ven­tions, et l’espace de créa­tion et de liber­té néces­saires à la danse forum.

’’’Ancrage concep­tuel’’’

*La danse forum se réclame d’une approche coopé­ra­tive en recherche-action, termes emprun­tés au socio­logue Guy Poi­te­vin.

*Les thèmes couvrent l’exploration de pro­blé­ma­tiques sociales, col­lec­tives ou indi­vi­duelles. Ils évoquent de plus les pro­blé­ma­tiques exis­ten­tielles ou plus spé­ci­fi­que­ment artis­tiques.

*L’éducation du regard se fait par l’alliance de l’esprit cri­tique avec le non-juge­ment, pour le spec­ta­dan­seur comme pour le dan­seur. Dès que l’attention est por­tée sur les sen­sa­tions (plu­tôt que sur l’esthétisme ou la vir­tuo­si­té), la non-com­pé­ti­tion entre dan­seurs devient « évi­dente ». Le dan­seur se pré­sente en dan­sant, en dia­logue avec ses sen­sa­tions. Il est à la ren­contre de lui-même et des autres, de son art et des autres arts, dans l’échange immé­diat des exper­tises, des savoirs, et de ques­tions qui se posent à lui.

*Le fait que les rôles puissent s’échanger à tout ins­tant entre le dan­seur et le spec­ta­teur donne au regard une « qua­li­té d’écoute » natu­rel­le­ment empa­thique, tout en éveillant son sens cri­tique. Les pro­po­si­tions de réso­lu­tion des pro­blèmes peuvent être essayées sur le champ, mises en situa­tion et en inter­ac­tion avec les autres pro­ta­go­nistes, et rééva­luées par leurs auteurs. Le « retour » ver­bal ou non-ver­bal de cet essai de réso­lu­tion est immé­diat. Cette démarche cri­tique peut aus­si se dési­gner comme « réflexive » puisqu’un temps est pris après la pré­sen­ta­tion pour com­men­ter le pro­ces­sus et élar­gir la réflexion.

*Les autres arts (la pein­ture, la musique, la sculp­ture…) peuvent entrer en action ins­tan­ta­né­ment, en oppo­si­tion ou en fusion, à dis­tance variable, ils peuvent lan­cer des ini­tia­tives et pro­po­ser des solu­tions en dia­logue avec la danse.

Andréine Bel

’’Biblio­gra­phie’’

Bar­ba Euge­nio, Sava­rese Nico­la. L’Énergie qui danse. Dic­tion­naire d’anthropologie théâ­trale. Éd. L’entre-temps, col­lec­tion Les voies de l’acteur (2008, 2°édition revue et aug­men­tée)

Bel, A. & B. (1990). Acti­vi­té créa­trice ’trans­for­ma­tion­nelle’ — Théo­rie et pra­tique. Col­loque Musique et Assis­tance Infor­ma­tique (MAI 90), Mar­seille, Octobre 1990.

Bel, A. & B. (1992). ’Fusion’ Per­for­ming Arts : a Plea for Diver­si­ty. Inter­face, 21, 3 – 4. [http://​www​.lpl​.univ​-aix​.fr/ fulltext/276.pdf]

Bel, Andréine (2005). [http://​danse​-forum​.over​-blog​.com/​a​r​t​i​c​l​e​-​1​9​1​8​8​4​3​.​h​tml Théâtre forum et danse]

Freire, Pao­lo (2002). Edu­ca­tion for Cri­ti­cal Conscious­ness. New York : Conti­nuum. (1e édi­tion 1973)

Tavia­ni, Fer­di­nan­do (1985). Les deux visions : vision de l’acteur, vision du spec­ta­teur. In Bar­ba & Sava­rese, L’Énergie qui danse (op.cit.), p. 298 – 309.

Blog de la danse forum : http://​www​.danse​-forum​.info/

Site inter­na­tio­nal du théâtre de l’opprimé : http://​www​.thea​treof​theop​pres​sed​.org/​e​n​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​u​s​e​F​l​a​s​h=1

Article créé le 16/02/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
42 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *