DR_ateliers

DanseRecherche-StJulienMolinMolette


Danse recherche
Comptes rendus des ateliers

!!Mots glanés, du 1er au 7 août 2010, pendant l’atelier « Espace et regard »

– Boire le monde les yeux ouverts, l’absorber yeux fermés

– yeux palpitants, ils descendent comme une larme le long des joues

– voir double comme l’escargot, en toute indépendance

– regard flottant sur mer profonde, peur de tomber dans la flotte

– demi rêve, quart de pensée, le monde est cocasse

– le corps est un espace de rêve

– fenêtres et petites scènes entre les corps

– le regard se regarde : miroir démultiplié

– la double face sensation et émotion, volte-face

– le regard du rêve

– laisser le regard se découvrir, se modeler

– au champ de vision

– voir un cil sur le sol : feed-back du regard

– regard sidéré

– profusion du monde

– douleur du regard

– le bassin comme un œil, comme un guidon, un volant ou des rênes qui permettent de suivre une direction

– lieu de fusion, désir noyé dans un brasier

– puissance intensité, sexualité, pulsation de vie, bébés dans le ventre, bercement

– proximité de la naissance et de la mort, en passant par le levant et le couchant

– rêve du regard

– fraîcheur des yeux

– perte de l’espace, tout devient plat, regarder entre ses doigts, pleurer, écarquiller les yeux

– on sent les aventures de chacun

– faire l’amour avec la vie, le plaisir s’impose avec la permission de vivre, comme un enfant

– épouser la musique ou être libre

– influence mutuelle de la respiration et du regard

– état flottant, mouvant, l’immobilité devient active

– être entrecoupé de pensées, petits vides

– épaisseur de la peau comme une gaine chaude

– puis bras engourdi, tout le corps rigide, sans affolement

– se laisser traverser longuement, intensément

– les arbres dehors font des mouvements dans les yeux qui les regardent

– à la fin de l’intensité, lâcher l’intensité

– temps contracté de l’expérience

– accueillir la sensation, ou aller la chercher ?

– une part de soi se déplie

– suivre le trait donne une conscience de la limite corporelle

– à l’intérieur du bord de scène, le précipice est juste derrière soi, à l’extérieur, un espace énorme s’ouvre devant soi

– sentir l’espace de loin, car dedans, il disparaît

– espace entre deux : les frontières vacillent

– manque d’espace émotionnel, quand l’émotion transpire

– voir la sensation, la face cachée de l’émotion, voir l’épure

– les densités varient autour de chacun

– l’espace bouge avec soi

– prisonnière, obsédée de la diagonale

– immanence de la tragédie avec l’homme, la mère, la femme

et en fond le chœur qui prend à témoin les dieux et leur montre ce monde

ce qui se défait, le désir et l’hésitation, le renoncement, la dérision de tout cela, sa force

– ce mouvement prend racine dans les deux aines et les muscles fessiers

– le corps comme renversé vers le haut, la tête lourde et le reste léger, asphyxie, glotte élargie

– visage tiré vers le bas à gauche, oreilles douloureuses, visage comme une pâte, bleu lumineux à droite

– plénitude, légèreté, flottement, petites bulles pour me tenir ainsi

– arbre qui fait des bulles, au dehors

– dos tracté

– pulsations du cœur dans le bassin

– fraîcheur dans les gencives

– dissociation possible entre sensations et émotions

– danser la dissociation met dans la sensation, soulagement

– secouer la tête comme un peu de folie

– vibrations au sol, bouillonnement autour

– un rien modifie la sensation

– mouvements cardiaques contre dos assoiffé

– les stratégies de sortie de l’impro tombent à l’eau

– voir jusqu’où tient l’impro, ce qui la fait se poursuivre, s’arrêter

– les montres de Dali dégoulinent du ciel

– inversion des espaces du dedans et du dehors, poches

– trous dans l’espace comme une fuite d’eau

– espace de danse tenu dans un filet par les spectateurs

– dissolution des mots dans l’espace

– capture des mots par le mouvement

– censure des mots

– par ricochets, vibration clitoridienne et périnéale

– contraction/expansion : une collection de sphincters

– retrouver les cambrures

– haut endormi, bas effervescent, vibrant, imaginatif

– réconciliation du danseur avec les muscles

recueillis par Andréine Bel

d’après les mots de : Andréine B, Bernard B, Christiane M, Delphine O, Hélène M, Isabelle F, Johanna B, Kathleen O, Laurent B, Marie-Aude F, Nadine G, Nicole E, Vanessa S.

Article créé le 16/02/2020 - modifié le 16/02/2020

comments iconCommenté 0 fois
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *