L_ecriture

DanseRecherche-LOmbreEtLaLumiere


Danse recherche
L’écriture de la danse recherche

!! L’ombre et la lumière – janvier 2011, retour sur le CR de la DR du 29 décembre 2010

Texte de Claude Lecomte

A partir d’une peinture de Turner

Tempête de neige, Vapeur au large d’un port

Vous évoquez des sensations corporelles ressenties

Puis des réflexions que l’ombre et la lumière vous inspirent

Et ces réflexions partent dans des directions multiples

Elles n’ont plus grand chose à voir avec le tableau initial

Vous évoquez le Noir le Blanc

Et surtout vous orientez votre pensée

Vers le corps et le corps dans la danse

Ce qui est votre préoccupation

Et on le comprend très bien

Lumières sur le corps, Lumières du corps dans l’espace

Où il se trouve

Couleurs que la lumière exalte sur et dans le corps

Lumières sur les Mouvements du Corps

Lumières et Ombres par la Musique

Matière essentielle de la Danse, dites-vous

dans son rythme, son déroulement

Bien qu’une danse « muette » puisse exister ( je pense ! )

Vous cherchez à définir la Musique qui convient à la Danse, la vôtre.

Vous esquissez une philosophie de l’Ombre et de la Lumière

Vous évoquez la lumière de la conscience, le réveil de la lumière à l’aurore

La privation de lumière, la lumière intérieure

Les limites de la lumière et la possibilité d’étendre ces limites.

Pour ma part j’aimerai revenir au point de départ

Car il m’intéresse davantage

C’est à dire l’ombre et la lumière sur le plan visuel

Emotionnel aussi

Comment jouent l’une et l’autre

L’une par rapport à l’autre

Car Lumière et Ombre sont liées

Elles dépendent l’une de l’autre

Qui de l’une ou de l’autre est la source initiale ?

L’Ombre existe, autonome et solitaire

Dans les ténèbres des cavernes, dans la nuit

Dans les profondeurs de l’océan

La pénombre s’installe quand la lumière est faible

« les temps gris » nivellent les formes, les couleurs et les esprits

L’ombre s’efface quand la lumière survient

Il en est de plusieurs sources

Les lumières astrales, les Lumières d’origine terrestre

Les Lumières d’origine humaine.

Et chacune s’exprime à sa manière et retentit sur notre décor

Et sur nos âmes, sur notre mythologie

La lumière astrale ce sont les étoiles qui constellent le ciel

Et transforment la nuit en figures mouvantes à travers les heures du temps

Ces figures sont étudiées dans la pensée préscientifique des hommes

avec l’Astrologie; ils cherchent à connaître leurs destins.

Ce sont les étoiles filantes, elles introduisent un mouvement

plus rapide dans le ciel, fulgurances éphémères au mois d’août

c’est la lune aux croissants variés

fine nouvelle lune annonciatrice du ramadan et son mois de jeûne

lorsqu’elle devient pleine elle inonde la terre

d’une lueur blanche étale qui atténue les ombres

la pleine lune des nuits blanches pour les « sans sommeil »

C’est le soleil , l’étoile de notre vie sur la Terre

Il façonne notre vie selon le lieu où l’on se trouve

Selon l’heure qu’il est, là où nous sommes

Il est le créateur de toutes les formes, accompagnées de toutes les ombres

A l’infini. Il est le Dieu tout puissant

Dans des civilisations différentes

Il est Ra l’Egyptien, Il fait pousser la nourriture des Hommes

Et ses rayons sont gravés sur les stèles.

C’est lui qui multiplie les figures humaines

Il fait scintiller les vagues et les torrents

Il allume dans un regard une étincelle de vie et de sens

En photographie, le champ de ses créations est vaste

Ou plutôt, son rôle dans les créations

Je me souviens avoir fait un contre-jour en gros plan

De Ninette aux cheveux blonds auréolés de lumière

C’était un flamboiement car l’ombre enrobe la figure

et accentue le contraste.

Le mouvement du soleil modifie et la lumière et les ombres

Il les écrase à midi et les rend immenses à la tombée du jour

Tard le soir dans les régions polaires

Il donne aux paysages un aspect métallique uniforme.

En Peinture les éclats lumineux sont l’occasion pour Van Gogh

De strier la toile, alors que Seurat la ponctue

Et l’ombre peut devenir un immense délire coloré,

sur les toiles de Bonnard et celles de Vuillard

Tellement riches de nuances et de sensualité

Turner dans le vapeur au large d’un port

Oppose fortement Les clartés bleues et blanches du ciel ?

Aux traces vigoureuses d’un vert cerné de clartés

Ce sont des vagues ? Des arbres ?

D’autres lumières ou lueurs viennent de la terre

Je pense au Volcan de la Réunion et à combien d’autres

Dont le rougeoiement embrase la nuit et le jour

il serpente selon un tracé qui défie les hommes

Et pourtant les fascine et les attire puisqu’ils s’y installent

chaque fois, à nouveau, sur les laves fertiles.

Les Hommes eux aussi sont à l’origine de la lumière

Le feu dérobé aux Dieux dans la Mythologie

Se répand volontairement ou non dans les incendies

Je me souviens de la Sainte Victoire en flammes

Vue d’un avion qui me ramenait d’ailleurs

Peut on parler de lumières ou de clartés mouvantes colorées.

La flamme de la bougie et des flambeaux a transformait

Les nuits d’autrefois et accentué davantage encore l’épaisseur de

L’ombre qui l’entoure

Je pense en particulier en peinture aux tableaux du Caravage

Et de De la Tour qui font surgir les visages et les corps

Avec une force que l’ombre augmente

Et le mouvement fait irruption, lorsque la flamme danse dans l’âtre.

La venue de la Fée électricité introduit d’innombrables

Paysages nouveaux dans des contrées perdues ou les agglomérations

On peut parler de féerie même sans aller sur les fêtes foraines

où ses toboggans fluorescents plongent à vitesse excitante dans le noir .

La Ville est lumière , la nuit surtout, partout ses enseignes

Ses tours éclatantes de lumières crues à tel point qu’un halo coloré

La signale de loin dans le ciel

Le Phare balise en un long faisceau clair les espaces côtiers de la nuit

Cette vie de lumière est tellement ancrée dans la pensée moderne

Qu’on parle de sinistre quand à nouveau l’ombre de la coupure

S’installe et change les décors artificiels en univers ravagés.

Puissance de la lumière et de l’ombre

L’une et l ‘autre sont utilisées par les Pouvoirs

Mettre quelqu’un à l’ombre à une signification sociale et politique

Que de vies se sont déroulées dans les cachots

Ou, sévices plus traumatisants dans des cellules violemment éclairées

Plus communément mettre quelqu’un au placard

Ce n’est pas le mettre en évidence

Et c’est encore un jeu de la lumière que sont les feux de la rampe

Au théâtre ou au cinéma, la mise en vedette

Le coup de flash et de projecteur qui parfois se déplace avec

L’actrice ou l’acteur en mouvement sur la scène.

Ces jeux de lumière sont-ils le domaine de l’illusion

La féerie s’efface lorsqu’ ils s’éteignent ?

est-ce la même chose que la vie qui passe

Ainsi on dit que les gens s’éteignent

Qu’une période, un siècle sont entrés dans l’ombre

Dans le domaine de l’oubli !

En schématisant, la lumière c’est la vie

le domaine de l’ombre est bien connu

pour être le domaine des Morts.

Mais avant la mort

Que de vie ! Que de vies ! Que de lumière !

Que de vie même dans l’ombre

Que de lumière et d’ombre se joignent pour mettre au jour

tout ce qui est vie, le mouvement, l’action, la pensée

les émotions, les sensations, les œuvres.

Donc ce n’est pas seulement le décor qui est façonné, modifié

Enrichi ou non, par la lumière et l’ombre

c’est aussi et surtout, qu’elles agissent sur nous en permanence

Elles sont les Inspiratrices les Actrices dans notre vie

Elles sont les Inspiratrices, les Actrices de notre Vie.

Claude Lecomte

Article créé le 16/02/2020 - modifié le

comments iconCommenté 0 fois
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *