ComptesRendusAteliersAix

DanseRecherche-LesThemesDuVendredi


Danse recherche
Comptes rendus des ateliers
Aix

!! Les thèmes de l’atelier Aix Danse recherche (du 3/10/08 au 20/2/09)

Les ateliers de recherche en danse ont décidé que le problème n’était

pas de bien danser, mais de danser

le problème, c’est le thème problématisé

alors, pour que le thème naisse comme le fruit se détache de la

branche, quand il est mûr, nous n’avons trouvé qu’une solution: ne

rien faire, attendre qu’il mûrisse et nous tombe dans le bec

ne rien faire, c’est laisser faire le corps

le laisser lisser ses muscles comme les oiseaux prennent la douche à

la fontaine

alors les bouches s’ouvrent et bâillent timidement au début

puis de plus en plus bruyamment

les larmes fraîches coulent le long des tempes

les soupirs s’enchaînent

et voilà les chaînes des muscles se mettre en mouvement

l’air de rien ou en insistant

mais comme en amour

deux fois nous faisons le point

entre nous c’est faisable

les mots s’égrènent

il y en a toujours un ou deux que les pious attrapent au vol,

et c’est notre thème

du vendredi



l’équilibre

est venu de cette histoire de muscles profonds,

censés assurer la statique

donc l’équilibre

que nous avons aimé instable

se payer le luxe de cette instabilité

des petits miracles qu’elle opère

de réconciliation avec la scène aveuglante

les jugements du public traversés comme un fleuve bouillonnant

souvenirs cuisants revenus en force

puis s’adoucissant dans un lac d’automne



les pieds

n’en finirent pas de nous étonner

reprenant place dans les circuits neuronaux

comme aussi importants que les mains

qui mangent le visage des cartes de facithérapie

pieds de rythmes qui ensemencent la terre

intelligents comme nos pieds sommes devenus un soir d’octobre



le ventre

est naturellement venu donner la réplique aux pieds

un monde en soi

le centre qui relie toute chose en ce monde

ou l’antre qui abrite, gestation à l’abri des regards



la langue

est sortie de sa retraite

franchir la barrière des dents n’est pas chose facile

la chair mise à nu, sensible et incarnat

les tensions prennent le cou et les épaules et la tête

aimer ces tensions comme les cordages d’un navire

réapprendre à s’aimer

les yeux étaient d’accord

le corps a pris appuis comme mari prend femme

le corps est devenu puissant



le fil

est venu naturellement relier ces éléments épars

le fil entre deux thèmes, entre le haut et le bas

le passage

d’un mouvement à l’autre

l’entre deux

nous y étions



l’évidence

nous a semblé plus juste que la justesse

pour nous dire la nécessité d’un mouvement

mais une évidence matinée de pertinence

et qui garde sa complexité

sinon la mare aux stéréotypes nous attendait

au tournant



le bassin, lui,

n’avait pas eu sa part

ce que peut faire un bassin est infini

avec deux ailes et un sacrum

de quoi s’envoler dans les profondeurs marines



la gorge

est en lien avec les pieds

je peux vous le prouver

une demi pointure de plus

après que ma gorge ait pris à témoin le ciel

et me rende ma voix volée

la voûte plantaire s’est détendue

sentir le sol du bord externe du pied

une douceur encore jamais connue



danser ensemble

s’est imposé depuis

seul mais ensemble

puis deux à deux

puis l’idée de la capoeira

un cercle et une flamme au centre

ou deux flammes que le vent attise



le lien

n’est pas tout à fait le fil

plus élastique, plus fort

pouvant entraver

ou libérer le geste



5 décembre 2008

première danse mathématique: le point



12 décembre 2008

deuxième danse mathématique: la suite de points



19 décembre 2008

troisième danse mathématique: la corde



le regard

sur l’éveil des muscles

c’est un détonateur

à déflagration lente dirait un ami qui se reconnaîtra

l’éveil printanier, primesautier en ce début d’hiver

ou l’éveil imperceptible des fibres musculaires

ou l’éveil de l’involontaire

de la danse



occiput et sacrum

sont venus comme une évidence

deux pôles intimement liés

le long d’une existence

en danse mathématique, la diversité des points de vue

pour s’échapper d’un monde prévu



le poids

pour lier deux danseurs

rien de meilleur

à bras le corps, en tirant un bras ou deux

en soupesant une jambe ou deux

un buste un bassin

ne plus savoir à qui appartient quoi

chimère à deux têtes en mouvements inconnus au répertoire classique

peut-être une redécouverte du Moyen-Âge

si mal connu



les correspondances

ont débordé du cadre de la danse

comme les écharpes de soie d’une malle bondée

« un mouvement répond à une pensée, une pensée répond à un geste, le

geste amène une émotion, qui fait écho à un symbole… » et Baudelaire

est revenu

en vagues

le parquet lisse s’y prêtait

le corps s’est laissé glisser

ramper

mouvement archaïque s’il en est

que l’enfant retrouve en jouant sous un lit



les mémoires

car il y en a au moins deux

celle historique donc reconstruite

mais aussi celle qui trouve le fil de soie et le dévide lentement

en se mettant à l’intérieur de l’événement

mémoire du mouvement antérieure au mouvement improvisé?



l’effort

en danse a bonne presse

ou mauvaise réputation

le moindre effort lisse les mouvements mais

l’effort maximal lui donne intensité maximale

pourvu que la force soit ajustée aux bons muscles



le dedans et le dehors

c’était le 20 février 2009

à la lecture

mon époux m’a demandé :

qu’y avait-il au juste, dans le gâteau ?



Andréine Bel,

d’après les retours de : Andréine B, Bernard B, Catherine H, Céline L, Diminique L, Emma G, Johanna B, Julie A, Leonardo C, Magali M, Mireille M, Nadine G, Delphine O, Guillaume T, Jacques H, Laurent B, Evelyne B-L, Maritza S, Minh N, Soazic O, Sylvia B.

Article créé le 16/02/2020 - modifié le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *