À propos de la DR

Cheminement de la danse recherche


Danse recherche
Che­mi­ne­ment de la danse recherche

!! L’ infra-tech­nique – décembre 2009

Ce néo­lo­gisme est appa­ru lorsque nous avons réa­li­sé que nous n’abordons pas la danse sous un angle tech­nique, et que pour autant, ce que nous fai­sons est pré­cis et exigent. Il y a bien quelque chose qui œuvre et nous per­met de déve­lop­per la danse en nous, même lorsque nous lais­sons de côté la tech­nique, c’est à dire un appren­tis­sage volon­taire et gui­dé de l’extérieur.

Don­ner à voir ce qui ne se voit pas d’habitude, c’est ce que cherche à faire tout artiste. C’est édu­quer le regard, le sien et celui du spec­ta­teur, c’est à dire le décon­di­tion­ner, le défor­ma­ter, le sor­tir du juge­ment et favo­ri­ser son dis­cer­ne­ment, le sur­prendre etc.

Cette édu­ca­tion du regard peut se faire chez l’artiste avec l’apprentissage tech­nique, mais celui-ci est en géné­ral tel­le­ment deman­dant, astrei­gnant, que la finesse manque le plus sou­vent à l’appel.

Il s’agit ici « d’imprégnation », auprès de quelqu’un ou de quelque chose, dans cer­taines condi­tions, impré­gna­tion qui donne à voir, à pen­ser, à sen­tir, à vibrer.

Par infra-tech­nique, on désigne ain­si toutes ces mises en place presque imper­cep­tibles qui déve­loppent une qua­li­té, une ver­sa­ti­li­té des points de vue, un recul avec ce que l’on fait.

On pour­rait dire que l’infra-technique est à la tech­nique ce que la poé­sie est à la lit­té­ra­ture : elle en fait par­tie, mais à moins qu’on foca­lise son atten­tion vers elle, elle ne se per­çoit, ni ne se déve­loppe.

En écri­vant ceci, je pense que je com­prends plus pré­ci­sem­ment ce que les gitans signi­fient lorsqu’ils affirment qu’ils « n’apprennent pas le fla­men­co », alors qu’ils le pra­tiquent ardue­ment, sous le regard de leurs ainés. Je dirais qu’ils n’apprennent pas la tech­nique, mais qu’ils imbibent l’infra-technique, ils vivent avec et la déve­loppent, avec leur vie, par la seule force de leur vie.

Le nom d’infra-technique résonne avec infra-rouge, qui donne à voir ce qui est invi­sible dans le noir.

Andréine Bel

(:line­breaks:)
->D’une écri­ture trem­blante

j’écris mon nom

au temple de l’hiver

Wada Gorô

Article créé le 16/02/2020 – modi­fié le 11/06/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
77 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *