Ateliers Ille-et-Vilaine

Propagations et ricochets


Danse forum
Comptes Ren­dus des Ate­liersIlle et Vilaine

!!Fron­tières Pro­pa­ga­tions et rico­chets – 30/10/16

https://​col​lec​tif​sans​tete​.word​press​.com/​f​r​o​n​t​i​e​r​e​s​-​s​u​i​t​e​-30 – 10-16/

30 octobre 2016, 14h30-18h30, à la MJC de Pacé, près de Rennes.

Étaient pré­sents : Bren­da, Chris­tian, Her­vé, Léa, Lise, Maïa­na, Maga­lie, Nico, Robin.

Rédac­tion de ce CR : Léa.

Pré­sen­ta­tion de la danse forum par Her­vé et Léa, com­plé­tée par Nico.

Léa mène l’échauffement

Retours :

Her­vé : tor­sions et exten­sions du ralen­ti au plus rapide, sauts.

Léa : désar­ti­cu­la­tions, mou­ve­ments, contraires, mou­ve­ments per­pé­tuels.

Chris­tian : rota­tions avec dif­fé­rentes ampli­tudes avec l’ensemble du corps.

Nico : une sen­sa­tion qui est res­tée tout au long cen­trale dans les organes du ventre, mou­ve­ments conti­nus cir­cu­laires qui se sont pro­pa­gés.

Maïa­na : appuis dans le sol, don­ner le poids, sen­tir l’appui, allon­ge­ment, ouvrir un autre espace.

Bren­da : res­tée au sol, pas de mots mais sen­sa­tion bien là, lan­gueur, len­teur, enve­lop­pant, doux. Ser­pent ondu­lant, élas­tique.

Lise : balan­çe­ments, enrou­le­ment, enve­lop­pe­ment, liqué­fac­tion, relâ­che­ment, mou­ve­ment per­pé­tuel mais relâ­ché.

Maga­lie : balan­ce­ments, exten­sions, éti­re­ments, poses fixes, je suis plu­tôt res­tée au sol.

Robin : tor­sions, entre­la­ce­ments, plu­tôt lent avec des accé­lé­ra­tions. Recherche d’ouverture, d’espacement.

Choix du thème sen­si­tif : pro­pa­ga­tions et rico­chets

Temps de danse 1 : Her­vé tilte

Forum :

Lise : J’ai vu des corps iso­lés avec des fron­tières mar­quées. Yeux fer­més, monde inté­rieur. Qu’est-ce qui peut per­mettre de sor­tir de son espace intime pour aller vers l’espace de l’autre ?

Her­vé : Corps iso­lés, yeux fer­més, sen­sa­tion que les corps se cher­chaient pour se fami­lia­ri­ser avec musique, espace, corps des autres.
Qu’est-ce qu’on s’impose comme fron­tières men­tales et phy­siques ? Quelles fron­tières, com­ment les dépas­ser ?

Léa : Quelle est la part de plai­sir dans la recherche ?

Nico : Danse gui­dée par impul­sion. Impres­sion d’être dans le 1er degré : fron­tière scé­nique, ombre/lumière. Réflexion/regard sur moi-même « ça va avoir l’air de… ». Ça a para­si­té ma danse.

Maga­lie : Regard de l’autre posé sur soi. Besoin de temps pour s’approprier l’espace. Com­ment se libé­rer du regard de l’autre ? Quelle fron­tière est posée par le regard ? Image de la rivière crue/décrue.

Bren­da : Très agréable, déta­chée du thème, a essayé de se rac­cro­cher au thème à cer­tains moments. Les mou­ve­ments appa­rais­saient, pas vrai­ment de maî­trise, micro mou­ve­ments. J’ai été agréa­ble­ment sur­prise.

Chris­tian : Choix de jouer ténu, sons miné­raux, lenteur/accélération, rico­chets sans y pen­ser sur la cym­bale, chaîne acous­tique.

Maïa­na : Cher­cher un endroit où la danse part d’une sen­sa­tion et pas du men­tal. Lais­ser le mou­ve­ment se faire. Les envies peuvent être motrices. Beau­coup de pré­sences iso­lées. Pas facile d’aller « à la ren­contre » même si on a envie. C’est quoi pen­ser, pas pen­ser ? À quel moment ça m’intéresse de pen­ser ou pas ? Qu’est-ce qui per­met de se mettre en lien avec l’autre tout en gar­dant son ancrage inté­rieur ?

Temps de danse 2 : Nico tilte

Écri­ture auto­ma­tique de 5 minutes. Par­tage de ceux qui le veulent, lec­ture des textes sans com­men­taires des autres. (voir annexes)

Temps de danse 3 : Léa tilte

Léa : À la fin il n’y a plus que des gar­çons qui dansent. Ça m’a mar­qué. Pour­quoi est-ce que je l’ai remar­qué ?

Her­vé : Espace entre les membres. Croi­se­ment avec d’autres corps : qu’est-ce ça bouge en tant que fron­tière ? Réflexion, envie d’aller réflé­chir sur scène. À quoi ça sert tout ça ?

Lise : Tra­jec­toires phy­siques puis ten­ta­tive de faire des tra­jec­toires invi­sibles, éner­gé­tiques. Voir ce qui me relie à l’autre, dan­ser avec les éner­gies des autres.

Maga­lie : Rico­chets entre musique, son, éner­gies, mou­ve­ments, plus de cir­cu­la­tion, rap­pro­che­ment des corps.

Nico : Signe à peine per­cep­tible qui donne la direc­tion aux autres. Par­fois syn­cro­ni­ci­té, c’est alors plus men­tal. Quelle est la fron­tière entre les corps ?

Bilan de la journée/weekend

Nico : Thème réflexif. Jouer entre entrer/sortir/bordure assez fré­quent en danse forum. Thème de la fron­tière ren­force ça. Obser­va­tion des dan­seurs, rela­tion à la bor­dure. Il y a beau­coup de façon de la tra­ver­ser dif­fé­rentes.

Her­vé : 1ère danse forum où je n’arrive pas à sen­tir la rela­tion avec le monde exté­rieur. Il m’a man­qué quelque chose.

Lise : Comme on est danseur/acteur, dans les temps de forum on parle plus de sa propre recherche interne. Impres­sion que la danse forum per­met­tait de faire appa­raître des choses de manière plus glo­bale sur ce qui est don­né à voir par l’ensemble des pro­ta­go­nistes à l’intérieur de l’espace scé­nique et à ses fron­tières. Le til­teur ne devrait-il pas por­ter ce rôle, lui qui est le seul à tout voir, qui serait de retrans­crire la glo­ba­li­té de ce qui se passe lors d’un temps de danse ?

Nico : Le til­teur doit-il faire émer­ger dif­fé­rentes visions ?

Chris­tian : Est-il impor­tant de voir la tota­li­té ? Ce qui manque est à l’intérieur de nous.

Léa : J’étais plus connec­tée au thème hier, aujourd’hui plus l’impression d’être dans un micro­cosme.

Nico : Il y a la ques­tion récur­rente de l’avancée col­lec­tive sur un sujet. Si on ne se pose plus cette ques­tion c’est qu’on fonc­tionne par auto­ma­tisme. J’ai pas vu un micro­cosme mais ça dépend de cha­cun. 3 types de fron­tières : entre les corps, les états des corps, les fron­tières à l’intérieur du corps. Les fron­tières sont faites pour être un ter­rain de jeu pri­vi­lé­gié, prin­cipe de les dis­cu­ter, de les tes­ter, de les trans­gres­ser. Même si une fron­tière ne change pas, sa manière d’être gérée change, la manière de les tra­ver­ser aus­si. Danse forum : la fron­tière consiste à fixer des liens et à les chan­ger en fron­tière.

Maga­lie : La fron­tière per­met de créer la ren­contre.

Chris­tian : Mou­ve­ments fugi­tifs dont on ne connaît pas l’impulsion. Sen­sa­tion que c’est plus évident dans la musique.

Maga­lie : Moments de « télé­pa­thie ».

Chris­tian : Il est inté­res­sant d’avoir la pos­si­bi­li­té d’être acteur, spec­ta­teur quand on veut. Retour sur soi, che­mi­ne­ment, pas­ser les moments d’ennui. Pré­sent dans le faire et le pas faire. Pou­voir pas­ser d’un rôle à l’autre. 1er jour : c’était long les mots. J’ai appré­cié l’écriture auto­ma­tique.

Maga­lie : Res­ter dans la conti­nui­té de l’énergie.

Lise : Plus poé­tique, moins ana­ly­tique. Chouette mais en même temps, est-ce que ça nous a pas éloi­gné du thème ? Hier les temps de forum longs m’ont per­mis de che­mi­ner. Peut-être si l’écriture venait au début…

Bren­da : Écri­ture auto­ma­tique très poé­tique, ça m’a inter­pel­lée parce que pour l’avoir pra­ti­qué en géné­ral c’est plus ana­ly­tique. Qu’est ce que ça nous raconte sur la socié­té ? Qu’est-ce qu’on vient faire ensemble ici ? À quel point ça va nous chan­ger ?

Her­vé : On cherche à reve­nir aux mots parce que c’est ce qu’on connaît le mieux. Inté­rêt de la danse : pro­blé­ma­ti­ser autre­ment qu’avec le lan­gage ver­bal. On est là pour essayer de réflé­chir d’une autre façon.

Nico : J’aime bien l’écriture auto­ma­tique, mais j’aime avoir cette option de com­mu­ni­ca­tion don­née par les temps de forum.

Maïa­na : Ques­tion sur le fonc­tion­ne­ment du groupe. Groupe, ou pas groupe ? Tou­jours ouvert aux nou­veaux ? Un groupe fixe per­met­trait de s’approprier l’outil de manière plus inté­res­sante. Com­ment on prend en compte la parole des uns et des autres ?

Nico : Idée qu’il y aurait 2 types de dates un pour les « ini­tiés » et un pour les « nou­veaux ». Pour être à l’aise sur tous les rôles, il fau­drait que le groupe reste fer­mé un temps.

Rajout d’Hervé a pos­te­rio­ri

Nous avons tes­té une nou­velle façon de faire le forum.
Au lieu d’utiliser tou­jours les retours ver­baux, qui sont sou­vent remis en ques­tion – trop de mots qui cassent la recherche en danse, trop lourd, trop long, trop de glis­se­ments sur l’analytique au lieu de s’en tenir à l’observation, trop de com­men­taires – nous avons uti­li­sé l’écriture auto­ma­tique avec un temps chro­no­mé­tré de 5 mn. Ce pro­cé­dé n’a été uti­li­sé qu’une fois au cours d’une aprè-midi, les autres fois, nous avons gar­dé la for­mule des retours ver­baux habi­tuels. Nous avons ensuite pro­po­sé de lire ou de ne pas lire ce que nous avions écrit.

Il se trouve que l’écriture auto­ma­tique « fonc­tionne », elle a per­mis au groupe de moins s’étendre sur les com­men­taires ana­ly­tiques et de ne pas perdre l’élan de la danse, ceci étant dû au temps très court volon­tai­re­ment impo­sé : 5mn. Nous nous sommes ren­dus compte que l’écriture auto­ma­tique apporte une poé­sie que les retours ver­baux n’apportent pas for­cé­ment, et per­mettent tout autant de relan­cer la pro­blé­ma­tique tra­vaillée. Il me semble qu’elle a per­mis à cha­cun d’entre nous d’avoir un regard sur le temps de danse écou­lé dif­fé­rent et enri­chis­sant de par le fait de ne pas tom­ber dans la dis­cus­sion mais de res­ter dans la des­crip­tion que cha­cun en fait lors de la lec­ture de que nous avons écrit. Elle per­met éga­le­ment de se lais­ser aller notre ima­gi­na­tion, donc notre créa­ti­vi­té ; cer­tains écrits étaient sur­réa­listes et m’ont don­né (cela n’engage que moi) des idées de danse, de confron­ta­tion aux thèmes, que je n’aurais peut-être pas eu sans le recours à ce média.

« Tout le monde devrait écrire pour soi dans la concen­tra­tion et la soli­tude : un bon moyen de savoir ce que l’on sait et d’entrevoir ce que l’on ignore sur le méca­nisme de son cer­veau, sur son pou­voir de cap­ta­tion et d’interprétation des sti­mu­li exté­rieurs. »

Georges Picard in « Tout le monde devrait écrire », édi­tions Cor­ti, 2006.

Article créé le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
65 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *