Ateliers autres lieux

L’interface


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Autres lieux

!!L’interface – aux Pas­sa­doires, Cévennes, 15 août 2009



Nous étions huit au début de cette danse forum ; deux per­sonnes s’en sont allées au cour de la pre­mière par­tie, car elles n’accrochaient pas. Comme nous pro­po­sions cette danse forum dans un lieu de vie pen­dant un chan­tier col­lec­tif, les par­ti­ci­pants étaient sur place ; cette confi­gu­ra­tion faci­lite la venue de gens qui autre­ment ne se seraient jamais dépla­cées pour une danse forum, et incite aus­si à une cer­taine liber­té dans la pré­sence à l’atelier, celle de venir voir et de repar­tir.

Nous avons bien pris le temps cette fois de choi­sir un thème qui fasse sens pour tout le monde. Ce temps là n’est pas per­du : l’expérience nous montre que si nous ne le fai­sons pas, le thème n’est pas inves­ti par tout un cha­cun par la suite. Bien-sûr, par­fois le thème jaillit très vite comme une évi­dence ; mais ce n’est pas tou­jours le cas.

Ce fut donc : « l’interface ».

Inter­face entre le mou­ve­ment que l’on suit et le mou­ve­ment que l’on pré­cède ; entre le dedans et le dehors ; entre le plein et le vide ; entre la sen­sa­tion de plé­ni­tude et l’envie de bou­ger ; entre le sen­ti­ment de « ne pas y être » et l’envie d’y être…

Nous nous sommes bala­dés à tra­vers ce thème, comme chaus­sant des lunettes, un point de vue par­ti­cu­lier, pour regar­der nos danses, que nous soyons d’un côté ou de l’autre de l’espace scé­nique. Le thème aus­si se bala­dait, dans nos corps en mou­ve­ments et en espace. Pas de pro­blé­ma­tique posée, ni de pro­blé­ma­ti­sa­tion du thème… à moins que cette balade elle-même en soit une ?

Nous étions dehors, dans une belle prai­rie, sous un ciel bleu et des nuages blancs en mou­ve­ment très lent, l’espace scé­nique construit aux abords d’un four­ré boi­sée. Le thème de l’interface nous a ame­né natu­rel­le­ment à être en rela­tion avec cet envi­ron­ne­ment… jusqu’à la pro­po­si­tion d’aller dan­ser dans la rivière, à une cen­taine de mètres de là…! La sur­face de l’eau, inter­face entre deux lieux, deux élé­ments pos­sibles pour nos corps dan­sants ; et plus encore, une super­po­si­tion des deux, en miroir, jus­te­ment à tra­vers cette inter­face. Une grande émo­tion quand le « dehors » et le « dedans » se confondent, un spec­tacle en soi !

Pen­dant toute la deuxième par­tie, la camé­ra a chan­gé de mains à chaque danse, et ce fut par­fois la décou­verte de ce plai­sir à fil­mer la danse, action qui est en soi une autre danse.

Nous n’avons pas pu voir le film en sui­vant, par manque de temps. Nous l’avons vu cepen­dant le len­de­main, quelques uns d’entre nous ; puisque nous étions sur place, c’était pos­sible. Mais on peut consta­ter encore une fois que quatre heures ne sont pas suf­fi­santes pour dérou­ler une danse forum dans son ensemble, vidéo com­prise. Peut-être l’usage de la vidéo ne doit-elle pas être sys­té­ma­tique.

De plus, cela pose sou­vent pro­blème aux nou­velles per­sonnes, qui ne peuvent en voir l’intérêt a prio­ri, alors qu’au bout de quelques danse forum, on se fami­lia­rise avec le regard por­té sur soi et sur les autres. Nous-mêmes n’avons pas inté­gré la vidéo de suite, dans notre pro­ces­sus de créa­tion de la danse forum.

Nadine Gar­dères et Johan­na Bou­char­deau

Je veux rajou­ter que nous avions fait un ate­lier de danse-recherche ou de danse-impro la veille de la danse-forum sur la même prai­rie et que plu­sieurs per­sonnes du lieu y ont par­ti­ci­pé. Elles étaient très éton­nées de décou­vrir ce petit coin de leur ferme où l’herbe est plus douce qu’ailleurs, où l’ombre de l’après-midi per­met d’être au frais même en plein été. On a une très belle vue sur l’ensemble du corps du bâti­ment dont on est sépa­ré par des arbres frui­tiers sous les­quels pâturent des che­vaux d’un ami et le jar­din pota­ger. De l’autre côté se trouve la rivière. Un petit coin de para­dis, en somme. C’était aus­si la pre­mière fois qu’ils se sont pris du temps, à se poser, à lâcher durant ce chan­tier. Après l’échauffement deux d’entre eux ont cher­ché leurs ins­tru­ments et ont accom­pa­gné nos impros dan­sées avec des impros musi­cales. Un très beau moment de par­tage ! Un moment qui se suf­fit à lui même.

Johan­na Bou­char­deau

Article créé le 16/02/2020

3 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
63 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *