Ateliers autres lieux

L’impatience


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Autres­Lieux

!!L’impatience – 28 décembre 2008 à Mas­pie



Nous étions six lar­rons, réunis depuis deux jours dans une mai­son dans le vil­lage de Mas­pie (Béarn), pour expé­ri­men­ter ensemble autour de la musique, la danse, le théâtre, et tout ce qui nous pas­se­rait par la tête.

Après un his­to­rique et une pré­sen­ta­tion de ce qu’est la danse forum (où je me suis
avi­sé qu’il fau­drait peut-être pré­sen­ter d’abord, faire l’historique ensuite ), nous nous
sommes lan­cés dans le pre­mier exer­cice, nous relier à nos sen­sa­tions. De tous les
mots qui ont été dit pen­dant ce temps, ou juste après, c’est « l’impatience » qui
domi­nait déjà, thème impé­rieux qui ne s’était pas fait attendre… Après un deuxième
temps avec nos sen­sa­tions, nous avons, non pas choi­si ce thème, mais consta­té qu’il
était déjà là.

Le ven­ti­la­teur enre­gis­tré à Paris par Andréine et Ber­nard nous a accom­pa­gnés pour
un pre­mier temps d’exploration du thème, l’adagietto de la Cin­quième sym­pho­nie
de Mal­her pour le deuxième temps où déjà, dans l’espace immense de la salle
poly­va­lente, les corps sans mot dire ont des­si­né un espace
res­treint dans lequel ils se sont pla­cés en ten­sion, jusqu’à dan­ser en écho des
mou­ve­ments.

Nous n’avons pas fait de pause entre la pre­mière par­tie et la deuxième, et même si
mes com­pa­gnons ont heu­reu­se­ment pris la liber­té de s’ébrouer pen­dant que je
tra­çais l’espace scé­nique à la craie, nous nous sommes avi­sé au bilan qu’une pause
for­melle aurait été la bien­ve­nue.

La deuxième par­tie fut une longue danse de 20 mn, suc­ces­si­ve­ment sur le même
ven­ti­la­teur, sur du silence, puis sur la fameuse « Unchai­ned Melo­dy des Righ­tous
Bro­thers », et enfin sur le début de Ghost. Nous n’avons « donc » pas foru­mi­sé,
puisque nous ne nous sommes pas arrê­tés et n’avons pas fait d’allers-retours entre la
parole et la danse.

Pour­tant, si cette danse ne s’est pas arrê­té pen­dant 20 min, ce n’est pas qu’elle cou­lait
d’elle-même comme un long fleuve tran­quille, loin de là… mais les dan­seurs étaient
dans une telle qua­li­té de pré­sence que les dif­fi­cul­tés ren­con­trées, les flot­te­ments, les
pro­blèmes ne se fai­saient jamais lourds. A cinq sur scène, entrant, sor­tant, entrant à
nou­veau, les ten­sions néces­saires à l’intérêt d’une danse étaient tou­jours là : il se
pas­sait tou­jours quelque chose, même dans l’immobilité. Il n’y avait donc aucune
rai­son d’arrêter, et au bout de 20 mn, ils avaient tout don­né… d’autant qu’il
com­men­çait à se faire faim !

Dans l’enthousiasme de cet après danse, beau­coup de mots se sont échan­gés, et il
m’est appa­ru seule­ment quelques jours après qu’ils rece­laient bien des thèmes
pos­sibles de foru­mi­sa­tion. En vrac, voi­là des « pro­blèmes » qui sont res­sor­tis : je suis
sor­tie à un moment sur une mau­vaise impres­sion car la danse que je venais de faire
avec un par­te­naire me lais­sait insa­tis­faite, j’ai été déran­gée par un dan­seur venu vers
moi dans un rythme trop rapide, j’avais l’impression de ne pas être tout à fait là, je
me suis sen­tie angois­sée pen­dant toute la fin à ne plus savoir com­ment bou­ger, j’ai
sen­ti à un moment que je fai­sais n’importe quoi… Si nous avions eu du « jus » pour
conti­nuer, nous aurions pu repar­tir de n’importe lequel de ces pro­blèmes. Mais est-ce
vrai­ment cela qui aurait été per­ti­nent, je n’en suis pas sûre.

Plus tard, nous avons regar­dé la vidéo, consta­tant encore une fois com­bien ce
moment de recul est pré­cieux.

Nadine Gar­dères

Com­men­taire de l’un de nous six :

La danse forum nous met en mou­ve­ment, et ce en pro­fon­deur.

Elle nous apporte cohé­sion et cohé­rence,
pistes de décou­vertes et ter­ri­toires d’expérimentation.

J’ai bien vécu la pro­gres­sion :

seul, je me relie à mes sen­sa­tions, puis à deux j’arrive à par­ta­ger.

A trois, cela m’a paru plus dif­fi­cile (mais je suis un peu neuf dans le pro­ces­sus)…

Et à plus ? Le plus serait un public, au sens très ouvert de « gens qui sont dans l’espace public ».

Là, je ne vois pas encore.

Article créé le 16/02/2020

3 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
66 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *