Ateliers Lambesc

Les opposés


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Lam­besc

!!Les oppo­sés – 26 mai 2007

Nous étions six en ce bel après-midi de prin­temps finis­sant, un air
de bon­heur flot­tait et nous enve­lop­pait dou­ce­ment.

Ce sont les oppo­sés qui nous ont par­lé : entre ten­sion et détente,
bon­heur et tris­tesse, solide et liquide, vie et mort, éten­du et
res­ser­ré.

Nous les avons fait se cotoyer, d’abord deux à deux.

La pre­mière fois, « bon­heur et tris­tesse » a eu du mal à dia­lo­guer avec
« solide et liquide », le solide man­quant au liquide, mais déjà
quelques moments de grâce s’entre-ouvraient entre les deux dan­seurs.
Puis nous avons choi­si de faire se côtoyer une seule pair d’opposés :
« solide » et « liquide ». Cela a fait naître « vie et mort », en un seul
mou­ve­ment : le dan­seur était debout, solide comme un rocher au milieu
de la mer ou d’une rivière, et pour­tant souple comme un roseau au
vent. Le solide révé­lait le liquide, le liquide ren­for­çait le
solide. Les deux dan­seurs se sont dépla­cés en fond cour, rajou­tant
au mys­tère du deve­nir.
« Eten­du et res­ser­ré » a côtoyé « vie et mort », de bref ins­tants, entre
absence de contrôle et manque de maî­trise, la vie, quoi !

La deuxième fois où « bon­heur et tris­tesse » a ren­con­tré « solide et
liquide », les forces se conju­gaient sans effort, cela « cou­lait de
source » (on ne pour­rait inven­ter plus belle expres­sion).
Pour cette deuxième fois, la pro­blé­ma­ti­sa­tion s’est for­mu­lée ain­si :
« com­ment favo­ri­ser la ren­contre entre un couple d’opposés ». Nous
avions déci­dé qu’un troi­sième dan­seur entre­rait, mais la ren­contre
avait déjà lieu, sans aide d’un tiers. L’une d’entre nous a donc
fait le contre-point, en se dépla­çant le long des bords de scène et
en finis­sant par se pla­cer dans le coin avant-jar­din. Le contre­point
en danse, je le vois comme en musique, il est seule­ment là pour
mettre en valeur spa­ciale et tem­po­relle le point et son déve­lop­pe­ment.

La fin du forum arri­vait, nous avons fait le point sur ce qui
carac­té­rise de plus en plus la danse forum.

Depuis que nous déve­lop­pons d’abord le thème par la danse, avant de
lais­ser le spec­ta­dan­seur en éla­bo­rer la pro­blé­ma­ti­sa­tion pour pou­voir
inter­agir, l’articulation entre le thème et son forum se fait mieux.
Mais la pro­blé­ma­ti­sa­tion reste dif­fi­cile. Nous avons réflé­chi aux
causes pos­sibles et redé­fi­ni les consignes.

- Sou­plesse dans les consignes : pen­dant l’intercation entre public et
dan­seurs, le spec­ta­dan­seur entre sur scène quand il le sent, pour
appor­ter sa touche, amé­lio­rer une situa­tion, équi­li­brer ou dyna­mi­ser.

- La pro­blé­ma­ti­sa­tion devrait se faire par l’expérience du corps qui
danse, plus que par la tête qui pense seule.

- Pro­blé­ma­ti­ser avant l’expérience revient à plan­ni­fier la danse, ce
qui est en contra­dic­tion avec l’improvisation réelle qui est à la
base de la danse forum, où le dan­seur ne pense pas le geste avant de
le faire et se fie à ses seules sen­sa­tions.

- Pro­blé­ma­ti­ser en aval de l’expérience semble plus adap­té à
l’improvisation réelle. Cela revient concrê­te­ment à par­ler après
l’interaction dan­sée, et non avant comme nous le fai­sions. A
expé­ri­men­ter.

- Les solu­tions se trouvent simul­ta­né­ment à l’expérience dan­sée, de
la même façon que la réponse aux besoins se trouve simul­ta­né­ment à
leur perception/sensation (j’ai soif, et en même temps, je sais qu’il
me faut boire, de ceci ou de cela).

J’ai l’impression d’avoir sué sang et eau pour arri­ver à for­mu­ler
aujourd’hui ces choses si simples…

Andréine Bel

d’après les retours de : Andréine B, Guillaume T, Johan­na B, Ken M, Laurent B, Leo­nar­do C.

Article créé le 16/02/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
31 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *