Ateliers Aix

L’équilibre


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Aix-en-Pro­vence

!!L’équilibre – 5 décembre 2010, stu­dio For­bin, en pré­pa­ra­tion du PBTM IV



L’équilibre à six : rien de simple.

Face au mal-être, à une ten­sion, besoin d’étirements et de flui­di­té ? Pas sûr. Cher­cher le juste milieu entre ten­sion et relâ­che­ment ? Peut-être. Recherche de l’équilibre, oui, mais à quel prix ? À quelles condi­tions ? Ce fut notre pro­blé­ma­tique.

Quand l’engourdissement froid enva­hit nuque, épaules et dos, de grandes ten­sions au ventre viennent réchauf­fer l’ensemble… et c’est plu­tôt agréable.

Le vide du ventre peut enfin récla­mer son dû d’attention.

Le dos en tor­sion se frotte au sol comme le ferait un chien, et la sou­plesse revient.

La hanche gauche est ten­due, la ten­sion che­mine vers l’épaule droite et la tor­sion devient agréable.

Et puis il y a le corps content, tran­quille, pour qui tout mou­ve­ment est un bon­heur. L’équilibre dyna­mique pousse le corps vers le haut, comme les plantes vers la lumière. Les mou­ve­ments inat­ten­dus ravissent l’âme, et pour­tant ce sont les pieds qui sont en l’air.

Il y a l’équilibre avec des béquilles, qui donne le pou­voir de « s’affaler sans s’affaisser », les emmê­le­ments que cela per­met.

Aus­si, lorsque la marche est venue comme une suite de petits dés­équi­libres, c’est l’horizon qui s’est ouvert en plé­ni­tude avec le regard.

Une danse d’ombres et de lumières, d’involontaire et de volon­taire, le corps flot­tant, léger, deve­nu har­mo­nieux, où la dis­sy­mé­trie est vécue comme une richesse. Une écri­ture orga­nique entre ciel et terre.

L’équilibre à deux = dif­fi­cul­té puis­sance 2.

Obser­va­tions :

Anta­go­nisme entre les mou­ve­ments et les envies, entre les siens et ceux de l’autre — obser­ver sans modi­fier.

Dans le rythme d’un monde en dif­fi­cul­té, bas­cule entre deux équi­libres. Le contact ouvre des portes, des moments de tran­si­tion.

Équi­libre homme femme.

Bon ou mau­vais équi­libre, c’est fina­le­ment la ques­tion.

Com­ment res­ter soi-même avec les autres, sans com­pro­mis ni affron­te­ments, peut-être avec ajus­te­ments ?

J’ai ter­mi­né mes notes sur :

bon pour…

comme les oiseaux

Andréine Bel,

d’après les retours de : Andréine B, Ber­nard B, Cécile M, Lei­la P, Marit­za S, Minh N‑G.

Article créé le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
40 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *