À propos de la DF

La danse forum


Che­mi­ne­ment de la danse forum

Article réac­tua­li­sé le 4 juillet 2010

Le concept de danse forum est emprun­té à celui de théâtre forum mais se déve­loppe autour des spé­ci­fi­ci­tés de la danse.

C’est une forme « coopé­ra­tive » de danse qui sol­li­cite les sen­sa­tions, la réflexion et l’imagination créa­trice pour « pro­blé­ma­ti­ser » un thème. Le thème appa­raît pen­dant l’échauffement, il émerge par un aller-retour entre moments dan­sés et retours ver­ba­li­sés. Le thème, qui peut être artis­tique, social, poli­tique, rela­tion­nel, naît d’une atten­tion don­née à nos sen­sa­tions et aux mou­ve­ments qui y font écho.

Dans cette approche, comme dans celle du théâtre forum, l’expertise est ren­due à l’humain et non à l’interprète qui a la tech­nique la plus abou­tie. La « tech­nique » de danse fait place à « l’infra tech­nique ». L’infra tech­nique est invi­sible, et elle « donne à voir » ce qui ne peut être per­çu à l’œil nu : l’expertise du mou­ve­ment et de l’art, appor­tée par le cours de la vie, incor­po­rée dans la pra­tique. Comme la poé­sie, elle peut se trans­mettre mais pas s’enseigner, sous peine de la déna­tu­rer.

La danse forum a pour but de rame­ner la danse dans la vie et la vie dans la danse, ain­si que d’éduquer le regard, alliant l’esprit cri­tique au non-juge­ment. Elle coopère avec d’autres arts : poé­sie, musique vivante, vidéo, pein­ture, sculp­ture, ins­tal­la­tion…

His­to­rique

La danse forum est née le 9 juillet 2005 d’une expé­rience de « scène ouverte », à Mira­beau (13), dans le cadre du fes­ti­val du PBTM, Plus Beau Théâtre du Monde. Je raconte cet évé­ne­ment dans : Avant-pre­mière de danse forum

Ce fes­ti­val a eu lieu du 6 au 17 juillet 2005, dans dif­fé­rents vil­lages de la région de For­cal­quier (04), et les inter­ve­nants étaient Augus­to Boal, fon­da­teur du théâtre forum et du théâtre de l’opprimé, Julian Boal et San­joy Gan­gu­li.

L’atelier danse forum s’est déve­lop­pé à Lam­besc, près d’Aix-en-Provence (13), à par­tir de 2005. Peu à peu des danses forum publiques ont été pro­po­sées, sous forme de réflexion cri­tique, où le fond et la forme sont déve­lop­pés ensemble, pen­dant la danse forum et lors du bilan avec le public.

En juillet 2007, le PBTM a accueilli une danse forum publique pour sa deuxième édi­tion, et pour sa troi­sième édi­tion en automne 2009. Que ce soit au sein de ce fes­ti­val ou par le jeu d’invitations croi­sées, la danse forum a tou­jours à cœur d’échanger acti­ve­ment avec le théâtre forum, le théâtre en géné­ral et d’autres formes artis­tiques.

Depuis 2008, des ate­liers régu­liers de danse forum ont vu le jour à For­cal­quier, Mar­seille.

Les dan­seurs qui pré­sentent la danse forum sont invi­tés dans divers lieux de façon ponc­tuelle. A ce jour, des danses forum ont été réa­li­sées avec le PBTM, avec un groupe de créa­tion près de Tou­louse, avec l’atelier « Chant prin­temps » à For­cal­quier (ate­liers de chant et danse avec des per­sonnes en situa­tion d’handicap et le tout public), avec les Pro­to­coles méta (Ecole Supé­rieure d’Art d’Aix-en-Provence) en liai­son avec CASA d’Avigon, avec un groupe de recherche sur le corps à Bruxelles, et avec le Fes­ti­val lit­té­raire Ren­trées Nou­velles à For­cal­quier dont le thème cette année sera « Ecri­tures du corps, corps de l’écriture » (en pro­jet pour août 2010).

Les consti­tuants de la danse forum publique

A – L’espace

Il com­prend :

* La scène, où se déroule la danse.
* Le bord de scène, large d’un mètre envi­ron, sur les deux côtés et l’avant de la scène. Sorte de « mem­brane scé­nique » assu­rant les échanges entre l’intérieur et l’extérieur de la scène, le bord de scène est le lieu où inter­viennent les autres arts, en dia­logue avec la danse.
* L’extra-scène, autour des trois côtés du bord de scène, où peuvent s’asseoir ou se dépla­cer les spec­ta­teurs.
* Le fond de scène est consti­tué par le qua­trième côté de la scène, don­nant sur un mur, un décor ou un espace vide.

B – Les par­ti­ci­pants

* Les dan­seurs doivent être au moins deux. Ils éla­borent la mise en scène cho­ré­gra­phique et/ou l’improvisation de départ.
* Les spec­ta­teurs consti­tuent le public et peuvent deve­nir dan­seurs à tout moment, ou intro­duire de courtes séquences à par­tir d’autres arts.
* Le/la « meneur-se » est garant du bon dérou­le­ment de la danse forum, dans le res­pect de cha­cun et l’attention à l’autre. Le meneur est ame­né à consul­ter le public et les dan­seurs pour faci­li­ter les connexions entre les deux espaces. Si besoin est, il aide à refor­mu­ler les ques­tions et les pro­po­si­tions des spec­ta­teurs qui éla­borent la pro­blé­ma­tique.
* Le/la vidéaste peut être une per­sonne exté­rieure pro­po­sant de fil­mer la danse forum en vidéo, ou l’un des par­ti­ci­pants qui endosse ce rôle. Ces enre­gis­tre­ments res­tent en interne à la danse forum, ils ne sont pas divul­gués, sauf auto­ri­sa­tion écrite. Ils consti­tuent un outil indis­pen­sable de tra­vail de reflexion cri­tique pour les dan­seurs.

C- La danse

Impro­vi­sée en danse forum, elle se base sur :

* L’expressivité : se relier aux sen­sa­tions de l’instant et les lais­ser don­ner nais­sance au mou­ve­ment.
* La pré-expres­si­vi­té : l’attention se foca­lise sur ce qui se passe en amont de l’expression, la posi­tion de chaque par­tie du corps dans l’espace, et laisse l’expression naître d’elle-même sans inten­tion de la pro­duire.

Les deux approches visent à pré­ser­ver à chaque ins­tant une neu­tra­li­té de base : avoir un regard exté­rieur et inté­rieur à la fois, pour ne pas ver­ser dans le psy­cho­drame ni la danse thé­ra­pie qui ne sont pas du res­sort de la danse forum.

L’équilibre entre ces deux pôles que sont l’expressivité et la pré-expres­si­vi­té nour­rit une forme d’auto-apprentissage par le dis­cer­ne­ment et sti­mule la créa­ti­vi­té par la mul­ti­pli­ca­tion des points de vue.

Dérou­le­ment typique d’une repré­sen­ta­tion publique

A – La mise en route

L’accent est mis sur l’émergence des sen­sa­tions avec deux types d’échauffement.


* L’éveil des sen­sa­tions : le dan­seur contacte ses sen­sa­tions phy­siques et les accueille incon­di­tion­nel­le­ment, pour les lais­ser le mou­voir spon­ta­né­ment et l’émouvoir au sens lit­té­ral du terme.
* L’éveil des muscles : le dan­seur se rend atten­tif à la sen­sa­tion de ses muscles et chaînes mus­cu­laires, qui lui indiquent com­ment bou­ger spon­ta­né­ment. Le corps s’échauffe et se dyna­mise par ce pro­ces­sus.

L’émergence du thème : elle se fait d’elle-même, à la suite des retours ver­baux pen­dant l’échauffement. Le thème choi­si est ce qui pré­do­mine pen­dant ces échanges.

B – Le forum

* Impro­vi­sa­tion par les dan­seurs, à par­tir de leurs sen­sa­tions du moment, en musique ou en silence. Le thème est pré­sent, mais on le laisse agir plu­tôt que de s’en « occu­per ». Il tra­vaille en sour­dine, ou par résur­gences, aux moments oppor­tuns.
* Retour ver­bal des spec­ta­teurs qui disent ce qu’ils ont vu et donnent leurs sug­ges­tions. Ils for­mulent la pro­blé­ma­ti­sa­tion en ouvrant les ques­tions qui se posent à eux. Pro­blé­ma­ti­sa­tion à entrées et para­mètres mul­tiples.
* Tous les par­ti­ci­pants se placent autour de l’espace scé­nique et peuvent sor­tir de leur rôle de spec­ta­teurs pour deve­nir dan­seurs, selon la per­ti­nence et la néces­si­té res­sen­ties à tout moment. Ils peuvent se rajou­ter ou rem­pla­cer un dan­seur. Ces impro­vi­sa­tions se passent en musique ou en silence.
* Le spec­ta­teur peut arrê­ter la danse sur un simple clap­pe­ment de mains, se pla­cer sur le bord de scène et inter­ve­nir à tra­vers des formes brèves de poé­sie, musique vivante, des­sin, sculp­ture, ins­tal­la­tion etc.
* Les variantes opèrent sur un même thème, aus­si nom­breuses que sou­hai­tées autour de la pro­blé­ma­ti­sa­tion qui évo­lue peu à peu (sans retour en arrière).
* Les spec­ta­teurs peuvent à tout moment inter­ve­nir sur la forme du forum comme sur le fond en deman­dant un pas de côté : on s’arrête et réflé­chit ensemble sur ce qui est en train de se pas­ser pour réajus­ter tel ou tel aspect si néces­saire.

C- Bilan géné­ral et éva­lua­tion cri­tique

Il se fait sur la forme et sur le fond de la danse forum par tous les par­ti­ci­pants, lors du vision­nage de la vidéo témoin. Ce bilan est retrans­crit ensuite par un ou plu­sieurs des par­ti­ci­pants et publié sur le blog danse​-forum​.info

Spé­ci­fi­ci­tés de la danse forum

* La danse par­tage avec le lan­gage la pos­si­bi­li­té de se pen­cher sur la vie, sur l’art, tous les arts. Elle peut tou­cher du corps les pro­blèmes de vie : le trac, le juge­ment, le vide et le plein, la pro­jec­tion et l’imagination, l’illustration et la dis­tance, la des­truc­tion et la recons­truc­tion, l’ordre et le chaos… Elle se marie avec le monde sonore, pic­tu­ral et archi­tec­tu­ral qui la nour­rissent de sen­sa­tions.
* La danse peut être concrète, c’est à dire nar­ra­tive, ou abs­traite, s’appuyant sur les notions d’espace, de temps et de poids qui consti­tuent tout mou­ve­ment. Plus qu’un lan­gage, la danse est la poé­sie du « non-dit ».
* Puisque la danse forum se donne comme base « les sen­sa­tions » de l’instant – plu­tôt que l’esthétique, l’onirique, le contact ou l’abstraction – la forme impro­vi­sée s’impose.
* La sen­sa­tion est aus­si bien le fruit du moment que celui de toute une his­toire. Elle est hau­te­ment éla­bo­rée, et en même temps spon­ta­née et immé­diate. La sen­sa­tion est à l’interface entre soi et le monde, l’objectif et le sub­jec­tif, le phy­sique et l’émotionnel, le pas­sé et le futur. Elle exprime l’immanence.
* Dan­seurs et spec­ta­teurs se trouvent dans un équi­libre instable entre volon­taire et invo­lon­taire, anti­ci­pa­tion et spon­ta­néi­té, consigne du moment et créa­ti­vi­té, expres­sion « mon­daine » et « extra-quo­ti­dienne ». (Ce terme est emprun­té à Bar­ba & Sava­rese. )
* Le recours au mimé­tisme du quo­ti­dien et à la théâ­tra­li­té du geste dans la danse nous a long­temps posé pro­blème. Il devient rapi­de­ment une solu­tion de faci­li­té qui abou­tit à la redon­dance des signes et à l’illustration du pro­pos.
* Le thème reste en arrière plan, le dan­seur ne cherche pas à l’exprimer. Le thème refait sur­face dès que néces­saire. À chaque reprise d’un thème, nous obser­vons le plus sou­vent qu’une évo­lu­tion s’opère dans l’expression et dans le ren­du, quel que soit le nombre de fois qu’un thème est choi­si.
* La réso­lu­tion des ques­tions de la pro­blé­ma­ti­sa­tion n’est pas un but. C’est le pro­ces­sus de pro­blé­ma­ti­sa­tion lui-même qui est impor­tant.
* L’économie des moyens : celle-ci aide à aller à l’essentiel tout en ouvrant des pos­si­bi­li­tés infi­nies. Le dan­seur en danse forum ne peut comp­ter sur une tech­nique ou un esthé­tisme de cir­cons­tance, une mise en scène et des éclai­rages coû­teux, ni même une cho­ré­gra­phie abou­tie. Il doit trou­ver ses res­sources en lui-même, dans son authen­ti­ci­té et sa capa­ci­té à être à l’écoute, de lui-même, de l’autre et de ce qui l’entoure.
* La gra­tui­té : elle fait par­tie de l’éthique de la danse forum. Les ate­liers régu­liers de danse forum demandent une par­ti­ci­pa­tion modique pour les frais, dont l’évaluation est lais­sée à la dis­cré­tion de l’animateur.
* Lorsque des ani­ma­teurs se déplacent pour ani­mer une danse forum, leurs frais de voyage et de séjour sont rem­bour­sés. Charge aux orga­ni­sa­teurs qui les sol­li­citent de pour­voir à la ren­trée d’argent équi­va­lente.

Ancrage concep­tuel

* La forme coopé­ra­tive de danse intro­duit la notion « d’expertise col­lec­tive », qui est dans le « faire » et non dans le « savoir ».
La danse forum se réclame d’une « approche coopé­ra­tive en recherche-action », termes emprun­tés au socio­logue Guy Poi­te­vin. L’opposition que Guy Poi­te­vin fait entre coopé­ra­tion et par­ti­ci­pa­tion, a été déve­lop­pée dans l’article de Ber­nard Bel : https://​ccrss​.org/​v​c​d​a​-​f​r​/​d​o​c​s​/​P​a​r​t​i​c​i​p​a​t​i​o​n​C​o​o​p​e​r​a​t​i​o​n​.​pdf.
* La « pro­blé­ma­ti­sa­tion » (Freire, Deleuze, Fou­cault…) est l’émergence, à tra­vers la danse, des ques­tions liées au thème choi­si, sont au centre de la danse forum. Peu à peu, nous en sommes arri­vés à trois formes de pro­blé­ma­ti­sa­tion en danse forum (voir : Pro­blé­ma­ti­ser en danse forum).
* Les thèmes couvrent l’exploration de pro­blé­ma­tiques sociales, col­lec­tives ou indi­vi­duelles, et de micro­po­li­tique des groupes. Ils évoquent aus­si les pro­blé­ma­tiques exis­ten­tielles, phi­lo­so­phiques ou plus spé­ci­fi­que­ment artis­tiques. Récon­ci­lier l’art et le poli­tique est une pro­blé­ma­tique au sein de la danse forum. Chaque expé­rience de danse forum a son compte ren­du acces­sible sur le site wiki​.leti​.lt, avec l’intitulé des thèmes.
* L’imagination créa­trice est un concept selon lequel il n’y a d’œuvre que dans ce que le spec­ta­teur recrée lui-même. L’artiste se met au ser­vice de l’imagination créa­trice du spec­ta­teur. Intro­duit aux envi­rons du 10e siècle par les phi­lo­sophes indiens Anan­da­vard­ha­na et Abhi­na­va­gup­ta (voir wiki­pe­dia : Bha­va­na), ce concept a été déve­lop­pé plus tard en Occi­dent par l’anthropologie théâ­trale (Tavia­ni 1991).
* L’éducation du regard se fait par l’alliance de l’esprit cri­tique avec le non-juge­ment, pour le spec­ta­teur comme pour le dan­seur. Dès que l’attention est por­tée sur les sen­sa­tions (plu­tôt que sur l’esthétisme ou la vir­tuo­si­té), la non-com­pé­ti­tion entre dan­seurs devient pos­sible. En dan­sant, le dan­seur « se pré­sente », en dia­logue avec ses sen­sa­tions. Il est à la ren­contre de lui-même et des autres, de son art et des autres arts, dans l’échange immé­diat des exper­tises, des savoirs, et des ques­tions qui se posent à lui.
* Le fait que les rôles puissent s’échanger à tout ins­tant entre dan­seur et spec­ta­teur per­met au regard une « qua­li­té d’écoute » empa­thique, tout en éveillant son sens cri­tique. Les apports dif­fé­rents dans la pro­blé­ma­ti­sa­tion peuvent être essayés sur le champ, mis en situa­tion et en inter­ac­tion avec les autres pro­ta­go­nistes, et rééva­lués par leurs auteurs. Le « retour » ver­bal ou non-ver­bal de cet essai est immé­diat.
* Cette démarche cri­tique peut ain­si se dési­gner comme « réflexive », et s’accompagne d’un temps pris après la pré­sen­ta­tion pour com­men­ter le pro­ces­sus et élar­gir la réflexion.
* Les autres arts (la poé­sie, la pein­ture, la musique…) peuvent entrer en action ins­tan­ta­né­ment, en oppo­si­tion ou en fusion, à dis­tance variable, ils peuvent lan­cer des ini­tia­tives et pro­po­ser des solu­tions en dia­logue avec la danse.

Andréine Bel, avec la contri­bu­tion de Ber­nard Bel, Johan­na Bou­char­deau, Leo­nar­do Cen­ti et Nadine Gar­dères

Bibliographie

  • Bar­ba Euge­nio, Sava­rese Nico­la. L’Énergie qui danse. Dic­tion­naire d’anthropologie théâ­trale. Éd. L’entretemps, col­lec­tion Les voies de l’acteur (2008, 2e édi­tion revue et aug­men­tée)
  • Bel, A. & B. (1990). Col­loque Musique et Assis­tance Infor­ma­tique (MAI 90), Mar­seille, Octobre 1990.
  • Bel, A. & B. (1992). ’Fusion’ Per­for­ming Arts : a Plea for Diver­si­ty. Inter­face, 21, 3 – 4.
  • Freire, Pao­lo (2002). Edu­ca­tion for Cri­ti­cal Conscious­ness. New York : Conti­nuum. (1e édi­tion 1973)
  • Tavia­ni, Fer­di­nan­do (1985). Les deux visions : vision de l’acteur, vision du spec­ta­teur. In Bar­ba & Sava­rese, L’Énergie qui danse (op.cit.), p. 298 – 309.

Article créé le 16/02/2020 – modi­fié le 11/06/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
55 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *