Ateliers Lambesc

La bascule


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Lam­besc

!!La bas­cule – 6 jan­vier 2007

Nous étions cinq en ce début d’année.

S’en tenir à la sen­sa­tion, choi­sie pour être la pri­mor­diale de
l’instant, ou che­mi­ner vers d’autres sen­sa­tions qui s’enchaînent, est
la ques­tion que nous nous sommes posés pen­dant la mise en route.

Res­ter avec la sen­sa­tion cer­née au départ a l’avantage de per­mettre
à l’habitude d’être dépas­sée. Par exemple, pour ma sen­sa­tion de
bas­cule, je me suis appuyée au mur, retrou­vant faci­le­ment l’illusion
que j’adore, du sol qui devient le mur et du mur qui devient le sol.
Mais je me suis assez vite ennuyée, puis immo­bi­li­sée. Je suis
reve­nue plu­sieurs fois vers la sen­sa­tion de bas­cule, cher­chant où
elle se situait dans mon corps et com­ment elle pou­vait s’exprimer.

De la pres­sion per­pen­di­cu­laire au mur, je suis pas­sée à la pres­sion
de biais, me lais­sant glis­ser à l’extrême ralen­ti le long de sa
sur­face, jusqu’au point de tom­ber. Et « cela » eu lieu : la sen­sa­tion
conti­nue de bas­cule, ce point où l’équilibre est sans cesse renou­ve­lé
dans un nou­veau rap­port au temps et à l’espace, comme « sus­pen­dus ».

De son côté, un autre par­ti­ci­pant expé­ri­men­tait cette conti­nui­té qui
paraît sans fin, en éti­re­ments où le corps vibre légè­re­ment, se
déten­dant au fur et à mesure. La dua­li­té : éti­re­ment – res­ser­re­ment
n’a plus lieu d’être, les deux sont simul­ta­nés, per­met­tant de vivre
l’unité des contraires. Cela rap­pelle cer­tains phé­no­mènes musi­caux,
où le son semble mon­ter indé­fi­nie­ment, ou des­cendre, sans avoir
besoin d’alternance appa­rente.

Une demi-heure après, alors que nous étions ensemble à par­ler de tout
cela, la sen­sa­tion per­du­rait en nous, de bas­cule et d’étirement, mais
sur­tout il me semble celle d’unité.

Lorsque la sen­sa­tion che­mine vers d’autres sen­sa­tions, cela peut être
tout aus­si pas­sion­nant.

L’une d’entre nous, par exemple, a vu sa vie défi­ler devant ses yeux.
Elle s’est ren­due compte qu’elle était par­tie d’une sen­sa­tion
sou­hai­tée de tout temps, « le centre ». Mais, l’ennui s’est ins­tal­lé
plu­sieurs fois, l’incitant à aller tou­jours plus près de sa sen­sa­tion
authen­tique du moment pour enfin « se trou­ver ». Une belle
récon­cil­lai­tion s’en est sui­vie.

L’exercice tech­nique choi­si pour éveiller des sen­sa­tions en nous a
été celui de l’équilibre des pres­sions ou éloi­gne­ments. Deux par
deux, nous avons impro­vi­sé en négo­ciant ce que cha­cun don­nait de
poids ou de contre-poids à l’autre, pour arri­ver à gar­der ensemble
un équi­libre en pos­ture ver­ti­cale.

Le thème du forum a été celui de la bas­cule. Nous avons fait
l’erreur, je le com­prends aujourd’hui, de ne pas expé­ri­men­ter tous la
bas­cule, indi­vi­duel­le­ment et sur le lieu, pour déga­ger plus
faci­le­ment une pro­blé­ma­tique. Aus­si le thème a glis­sé plu­sieurs
fois, de la bas­cule au dés­équi­libre, du dés­équi­libre à l’interférence
pour le créer, pour finir en « gros tas au sol » …, l’attraction
ter­restre se révé­lant tou­jours la plus forte ! La pro­blé­ma­tique ne
s’en est pas sor­tie indemne !

Mal­gré cela, de beaux moments de bra­voure, de rou­lades en cas­cades,
quelques coups de pieds mal­ve­nus quand-même car l’un a fait mal, et
beau­coup de bonne humeur.

Andréine Bel

d’après les retours de : Andréine B, Guillaume T, Leo­nar­do C, Paule-France B, Véro­nique B.

Article créé le 16/02/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
32 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *