Ateliers Ille-et-Vilaine

Danse forum – Frontières


Danse forum
Comptes Ren­dus des Ate­liersIlle et Vilaine

!!Fron­tières Vibra­tions et glis­se­ments – 29/10/16

https://​col​lec​tif​sans​tete​.word​press​.com/​f​r​o​n​t​i​e​r​e​s​-29 – 10-16/

29 octobre 14h30-18h30, MJC de Pacé, près de Rennes.

Etaient pré­sents : Carole, Chris­tian, Her­vé, Léa, Lise, Maïa­na, Maga­lie, Marie.

Rédac­tion de ce CR : Léa.

Pré­sen­ta­tion rapide de l’histoire de la danse forum par Her­vé et Léa puis choix du thème réflexif.

Pro­po­si­tions :

- Déni

- Fron­tières

- Rythmie/arythmie

- Déca­lage

- En dehors/hors sys­tème

- Rester/quitter

Choix du thème réflexif de : fron­tières

Expli­ca­tion de l’éveil des sen­sa­tions et l’éveil des muscles. Her­vé guide l’éveil. Retour et choix du thème sen­si­tif.

- Torsions/étirements/vibrations

- Glis­se­ments, équi­libre

- Élancements/suspens – appuis dans le sol – accé­lé­ra­tions

- Pres­sions cen­tri­pètes et relâ­che­ments

- Allon­ge­ments – tor­sions du bas­sin

- Relâ­che­ments, sus­pen­sions, rebonds/vibrations

- Micro mou­ve­ments, vibra­tions, rota­tions, besoin de racine, glis­se­ments, pos­tures médi­ta­tives, alter­nance immobilité/mouvement, mou­ve­ments plus amples plus vifs.

- Trou­ver un équi­libre, de la len­teur, bas­sin

Choix du thème sen­si­tif : vibrations/glissements

Expli­ca­tion des rôles et des règles de la danse forum.

Temps de danse 1 : Léa tilte

Forum :

Léa : Her­vé marche en arrière et s’arrête juste avant de mar­cher sur la boîte de feutres comme s’il en avait conscience. Il se penche en arrière, le haut du corps en dehors de l’espace scé­nique. Équi­libre. Dans quelle mesure a‑t-on conscience des fron­tières ? Est-ce que nos dif­fé­rents sens ont conscience des fron­tières ?

Her­vé : Ten­ta­tive d’expérimenter des fron­tières dans la danse. Ren­contre avec les objets et les autres, qui sont une fron­tière phy­sique.
Est-ce que le corps de l’autre est une fron­tière à ma liber­té ? Qu’est-ce qui fait que la forme devient une fron­tière ?

Lise : Quand on ren­contre un corps est-ce qu’on le nie, est-ce qu’on fait avec, com­ment on fait avec ? Espace à soi, espace col­lec­tif. Quelle liber­té de ren­trer ou non dans ces espaces ?

Maga­lie : Expé­ri­men­ta­tion de la fron­tière et com­ment on glisse le long de cette fron­tière. Recherche de la fron­tière dans les vibra­tions de la musique et du texte. Voix qui résonne dans le corps.

Com­ment cher­cher les fron­tières en fai­sant vibrer l’espace autour de soi ?

Marie : Sen­sa­tions de vide/de plein/de flou. Sen­ti­ment d’insécurité. Fron­tière entre y aller et se rete­nir. Com­ment se connec­ter aux vibra­tions pour arri­ver à dépas­ser ses fron­tières ?

Temps de danse 2 : Léa tilte

Forum :

Léa : fron­tière ombre/lumière. Maïa­na marche à recu­lons sur la ligne entre l’ombre et la lumière. Les ombres des corps dansent aus­si. Les ombres de ceux qui sont à l’extérieur. Com­ment les ombres déli­mitent des fron­tières impal­pables ?

Her­vé : « Je me suis beau­coup posé la ques­tion de quelles fron­tières je me mets ? Est-ce qu’elles sont là ? Com­ment les dépas­ser ?

«Je me suis ren­due compte que je me mets beau­coup de fron­tières dans le corps, dans l’espace. »
Où j’en suis par rap­port à l’idée du col­lec­tif et des fron­tières qui existent à l’intérieur du col­lec­tif ?

Marie : Vibra­tions dif­fé­rentes quand il y a de la musique live. Silence = fron­tières ?

Maga­lie : Rela­tion orga­nique.

Chris­tian : Il est très dif­fi­cile de ren­trer sur une musique déjà en place. Déca­lage pas facile à gérer. Ques­tion de la confiance pour s’autoriser le silence.

Lise : Je me suis aus­si beau­coup posée la ques­tion de la fron­tière. Dans ma tête c’était rec­ti­ligne. En fait, plein de formes. La façon dont tu la visualises/perçois joue sur la façon dont tu la tra­verses. Existe-t-il une forme à la fron­tière ? Com­ment cette forme joue sur nous ?

Carole : Ce cadre de l’espace scé­nique, je me suis vue le fran­chir pour y entrer, pour en sor­tir, être dedans/dehors, voir des dan­seurs qui s’en approchent et s’en éloignent. Quel échange ça per­met ? Dan­seuse qui roule d’un bord à l’autre. Je me suis sen­tie dans un espace de choix, je me suis sen­tie invi­tée à entrer mais je n’y suis pas allée. Quels espaces et mou­ve­ments sont créés par les fron­tières ?

Lise : Impres­sion d’une arti­fi­cia­li­té dans la mise en ques­tion à cer­tains moments. La rendre sys­té­ma­tique me gêne un peu. Ne peut-on pas par­fois s’arrêter au constat ?

Chris­tian : Le pas­sage du corps au men­tal est une méta­mor­phose pour laquelle cha­cun a son rythme.

Lise : On a besoin du che­min (cadre pour pen­ser) mais il ne faut pas non plus qu’il soit enfer­mant.

Chris­tian : Il faut pou­voir trans­gres­ser la règle.

Maga­lie : La ques­tion doit être un outil et non une fin en soi.

Temps de danse 3 : Her­vé tilte

Forum :

Léa : Le son très désa­gréable de Chris­tian pose la ques­tion de ren­trer dans l’espace scé­nique ou de res­ter à l’extérieur. Jouer avec les sons, les accep­ter et les uti­li­ser plu­tôt que les subir. Ques­tion de la pos­ture par rap­port à son envi­ron­ne­ment : c’est la puis­sance d’agir qui per­met d’impacter sur son envi­ron­ne­ment.

Maga­lie : Besoin de mettre en mou­ve­ment le son désa­gréable.

Chris­tian : La ques­tion du sonore qui peut être intru­sif agréable/désagréable. Quelle est la place du sonore par rap­port aux dan­seurs ?

Marie : Les dan­seurs pro­duisent des petites formes dans une forme plus grande (musique). A fait des pho­tos : rap­port au sol et avec la lumière. L’espace de la scène ne la libère pas du tout donc elle va vers la pho­to. L’espace scé­nique est un lieu d’inconfort mais aus­si de désir, pour se libé­rer. La fron­tière (scotch déli­mi­tant l’espace scé­nique) est très visible.

Lise : Com­ment ren­trer dans l’espace scé­nique ? A essayé de res­ter entre les deux.

Carole : Glis­se­ment de l’espace inté­rieur vers l’espace exté­rieur.

Her­vé : Pour­quoi une bande de scotch au sol devient-elle un tel pro­blème ? Pour­quoi la notion de fron­tière est-elle un pro­blème ?

Léa : La ques­tion poli­tique de la fron­tière.

Temps de danse 4 : Carole tilte

Forum :

Her­vé : J’ai vou­lu cas­ser les fron­tières. Même son de gre­lots pro­duits à l’intérieur et à l’extérieur de la fron­tière. Pas de fron­tière en fait.
Com­ment je me mets des fron­tières ?

Carole : J’ai vu des attaques aux fron­tières, des fran­chis­se­ments, des déman­tè­le­ments, des pas­sages, des tra­ver­sées mais le mou­ve­ment n’a pas été jusqu’à la défaire. Jusqu’où va-t-elle pou­voir se trans­for­mer ? Va-t-elle conti­nuer à exis­ter ? Que per­met cette fron­tière ?

Maga­lie : Dépas­se­ment à tra­vers des glis­se­ments, des enche­vê­tre­ments, des tâton­ne­ments. Com­ment à tra­vers cer­tains médias on pénètre les fron­tières des autres ?

Maïa­na : Ouvrir les fron­tières. Est-ce qu’une fron­tière est for­cé­ment mau­vaise ? Est-ce qu’elle peut per­mettre la ren­contre ? His­toire indi­vi­duelle et col­lec­tive. Est-ce que l’acceptation de ses fron­tières et de celles des autres per­met la ren­contre ? Le pas­sage aux mots m’embrouille, je décroche.

Lise : Je me deman­dais au début l’utilité des temps de forum, impres­sion qu’ils pou­vaient cas­ser l’élan de la danse, un peu trop longs et avec le temps je me rends compte de ce que ça apporte dans le che­mi­ne­ment. Je repars dans l’espace scé­nique avec une réflexion qui se dépose en moi et fait évo­luer ma façon de dan­ser et de per­ce­voir.

Léa : besoin d’expérimenter la fron­tière entre les corps : le mien et celui des autres.

Bilan de la jour­née

Carole : les mots doivent res­ter pour moi de l’ordre du poé­tique pour lais­ser une ouver­ture sinon ça me fait décro­cher.

Maga­lie : Je suis d’accord mais les mots sont utiles. Il faut res­ter dans l’instant.

Her­vé : Est-ce qu’il faut se dis­ci­pli­ner et s’obliger à ne pas entrer dans l’analytique ?

Carole : Par­fois ça per­met de construire quelque chose par contre par­fois ça ferme ce qui s’est ouvert → sen­ti­ment d’insécurité.

Lise : S’il y a recherche de consen­sus, on peut vivre ça comme quelque chose d’enfermant, comme une véri­té qu’on ne peut pas contre­dire.

Chris­tian : Accé­lé­rer la cadence, trou­ver la dyna­mique, trou­ver un équi­libre.

Carole : Par­fois on se met à cher­cher des réponses. Le cadre est fra­gile parce que c’est un fonc­tion­ne­ment coopé­ra­tif mais c’est impor­tant qu’on en ait un.

Chris­tian : L’efficacité du cadre se mesure dans le temps, un cadre c’est une ten­ta­tive.

Carole : Se don­ner un cadre ensemble et le tenir ensemble. Qui tient le cadre ? Qui peut le trans­gres­ser ?

Her­vé : On tient le cadre ensemble mais cha­cun à sa façon.

Marie : Accep­ter l’informe.

Carole : Si c’est trop informe, je ne pour­rais pas suivre. Se don­ner une forme et après on voit ce qu’on bouge.

Lise : Ça donne du sens au cadre de l’interroger.

Maïa­na : On a tous com­pris des choses dif­fé­rentes du cadre. Il y a plein de ques­tions sur les­quelles on est pas au clair.

Marie : J’ai la sen­sa­tion que la trans­mis­sion a été trop rapide, j’aurai besoin de revoir Andréine.

Carole : Je trouve ça bien qu’on cherche encore un peu sans elle.

Article créé le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
62 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *