Ateliers Ille-et-Vilaine

Enrichissement versus oppression


Danse forum
Comptes Ren­dus des Ate­liersIlle et Vilaine

!!Enri­chis­se­ment ver­sus oppres­sion – 26/6/16

https://​col​lec​tif​sans​tete​.word​press​.com/​e​n​r​i​c​h​i​s​s​e​m​e​n​t​-​s​u​i​t​e​-26 – 06-16/

Les par­ti­ci­pants : Syl­vain, Maïana, Maga­li, Chris­tian, Nico­las, Léa, Hervé, Carole et Chris­tine.

Nota bene : Chris­tian et Chris­tine par­ti­cipent pour la première fois à une danse forum.

Présentateurs : Léa, Nico­las et Hervé

Choix du thème réflexif :

Nous avons pro­posé au groupe le choix entre le thème tra­vaillé deux jours plus tôt et un nou­veau thème. Le groupe est d’accord pour adop­ter le thème « enri­chis­se­ment vs oppres­sion. »

[Ce thème est à considérer du point de vue de la dis­cus­sion que nous avons eu au sujet de la soli­tude vs groupe, étant donné que ce thème de la soli­tude vs groupe est inhérent à toute DF, nous avons préféré choi­sir « l’enrichissement vs oppres­sion », sachant qu’il émerge et qu’il est à mettre en regard avec la soli­tude vs groupe.]

Eveil des sen­sa­tions + éveil des muscles

Comme pour la danse forum du 24/06/16, nous décidons de pra­ti­quer ces éveils dans le jar­din sous le soleil.
- suspension/chutes/dilatation

- tenir/lâcher

­- mvts de vagues/bras en mvt/torsions

- micro­mouvements en pivot/ rota­tions

- contraction/lâcher/respiration

- faire/ lais­ser se faire/ choisir/suivre

­- dur­cis­se­ment dans les mains/micro­mouvements dans les muscles/ tor­sions souples très lentes

- lais­ser faire/lâcher prise

- ancrage dans la terre/douceur

Bilan des éveils :

Les termes : faire / lais­ser faire / tenir / lâcher / intérieur/extérieur abou­tissent au choix du thèm​e sen­si­tif : «​tenir/ lâcher ».

Mise en forum sur les thèmes :

« enri­chis­se­ment ver­sus oppres­sion » qui se frotte à « tenir/lâcher ».

La DF a lieu dans le salon de Léa aménagé pour l’occasion.

­- Til­teur, DJ, foru­meur, bien­veilleur, médiateur, problématiseur, régleur, script : Léa

- Regar­deur et artiste uni­que­ment : Chris­tian

­
- Regar­deuse : Chris­tine

­- Dan­seurs et artistes : tous les autres

Obser­va­tions et ques­tions lors des retours ver­baux :

- pas de précipitation a enri­chir l’attendu mais enri­chir l’inattendu est plus intense. Pour pou­voir enri­chir il faut être relâché.

- la sur­prise vient de l’inattendu, et elle est reçue différemment en fonc­tion des per­sonnes.

- fin très belle en trio.

- res­sen­ti d’oppression au début, s’en ser­vir comme trem­plin pour entrer dans la danse. Plutôt dans le « tenir » que dans le « lâcher ».

- impres­sion d’être sur une ban­quise, il suf­fit d’un rien pour la bri­ser. Il fal­lait que je fasse quelque chose, attra­per des choses en haut = ten­sion maxi­male, puis lâcher dans quelque chose de liquide.

- élastique, électrique. Liberté sui­vie de moments de res­ser­re­ment.

- élastique qu’on tire et qui pète à un moment.

- écho au texte.

- est­-ce qu’il faut tendre pour lâcher ?

- com­ment digérer l’oppression ? Com­ment s’enrichir de l’oppression ?

- dans quelles mesures on peut pas­ser d’un lâcher enri­chis­sant à un main­tien qui ferme d’autres portes ?

- com­ment le lâcher peut-­il être aus­si source de ten­sion ?

- com­ment les ten­sions et les relâchements se trans­forment dans l’espace intérieur/extérieur ?

- est­-ce que lais­ser faire, c’est faire tran­quille­ment ?

­- Til­teur, DJ, foru­meur, bien­veilleur, médiateur, problématiseur, régleur, script : Carole

- ­Regar­deur et artiste uni­que­ment : Chris­tian

- Dan­seurs et artistes : tous les autres

Obser­va­tions et ques­tions lors des retours ver­baux :

- mon pre­mier mou­ve­ment : appel de l’espace de danse : j’y vais/j’y vais pas ? D’où ten­sion que j’ai regardée ; ten­sion moins forte depuis l’espace de regar­deur ; je ne vou­lais pas me lais­ser gagner par la ten­sion qui est une faci­lité. C’est la première fois que « je touche ça », il y a moyen de faire des choses en dehors des ten­sions, d’oublier, pour réussir mieux.

- com­ment faire par l’oubli ?

- ten­sion sur la bor­dure scénique : j’y vais/j’y vais pas ?

- de l’intérieur [de l’espace de danse?], c’est plus facile pour trou­ver le bon moment pour sor­tir.

- envie de faire des choses. Ten­sion que l’on a pas en tant qu’artiste/regardeur. Une fois dedans on est dans l’action et c’est plus facile.

- une fois dedans est­-ce qu’on peut ouvrir tous les pos­sibles ? Ou on fait par nécessité ?

- je me suis sen­ti seul, peut-­être com­plu dans cette soli­tude ? Pour­quoi ? Par envie égoiste, cela ne m’a pas du tout enri­chi. Mais cela m’a per­mis de tis­ser des liens avec l’espace et ce n’était pas sur ce plan là que je m’attendais à être enri­chi. Il y avait de la ten­sion.

- oppo­si­tion en jeu­di ­ com­ment on se bloque ?

- faire avec, faire avec le mvt, le texte, l’autre.

- j’étais plus dans l’écoute.

­- com­ment, en tant que dan­seur, j’étais coupé des autres.

- je sui­vais les sen­sa­tions de mon corps, j’allais len­te­ment par rap­port aux autres.

- j’étais à l’écoute des autres pro­po­si­tions.

- quand il y avait des inter­ven­tions, je n’allais pas du tout vers

- je n’étais pas relié. J’ai évité que mes mvts soient causés par qqch d’extérieur à moi.

- j’ai vu des liens dans des moments

- il y a eu un moment où je me suis dit d’aller consciem­ment vers les autres

- il y a par­fois des dan­seurs qui ont des gestes qui viennent des sen­sa­tions et qui les laissent évoluer vers un rôle

- j’ai l’impression de voir de l’éveil, de la danse puis du théâtre : com­ment d’un petit lâcher cor­po­rel, on peut arri­ver à un gros « tenir » du théâtre ?

- j’étais dedans. Un « si, non, si, non » a gros­si, très théâtral. J’étais dans un « lâcher quelque chose » malgré moi.

- avec le pas­sage du livre de Tadeusz Kan­tor, l’image d’une machine humaine décadente est reve­nue et m’a imprégnée. Au début j’avais envie de ne rien faire, puis avec l’image d’un hap­pe­ning de T.Kantor montrée sur l’espace de danse, j’ai eu envie de reve­nir sur scène.

- d’où vient le lâcher­-prise ? Le lâcher­-prise est­-il égal à un niveau de conscience effacée ? Déconnecté du cer­veau ? Ou alors je fais ce que j’ai envie de faire, pas ce qu’on attend ? On a une condi­tion qui me fait m’engager d’une cer­taine manière.

- qui décide et qu’est­-ce qui décide lorsqu’on est dans le lâcher­-prise ?

- j’ai été bloquée pen­dant un temps, je n’arrivais pas à aller sur l’espace de danse. Est­-ce qu’on peut quit­ter la danse forum (faire une pause en allant dehors par exemple) ?

­- Til­teur, DJ, foru­meur, bien­veilleur, médiateur, problématiseur, régleur, script : Nico­las

- Regar­deur et artiste uni­que­ment : Chris­tian

- Dan­seurs et artistes : tous les autres

Obser­va­tions et ques­tions lors des retours ver­baux :

- s’aérer est pro­fi­table à l’enrichissement et nous met à l’aise (nous avons fait une pause avant de reprendre la 3ème mise en forum)

- rap­pel : ce n’est pas le but de la DF que ce soit agréable à regar­der, mais quand c’est le cas, cela signi­fie que la dyna­mique est bonne

- il y eu de la flui­dité et du relâchement dans le déroulé de la danse

- le son invite bien à dan­ser, car la musique sert de prétexte, ce qui est différent du rap­port que l’on entre­tient avec notre texte per­son­nel (que l’on écrit en dan­sant)

- l’imprévu nous enri­chit. La sur­prise amène­-t­-elle un enri­chis­se­ment plus grand que la réalisation d’une inten­tion ? Plutôt oui.

- l’oppression du groupe et du cadre peut dis­sua­der d’entrer sur la scène.

- avoir un besoin de lâcher peut être une force motrice

- on peut être en oppo­si­tion avec le cadre et le moment

- au fil de la DF il y a une façon de faire qui se tient et qui nour­rit ­ la den­si­fi­ca­tion de ce qui sur­git est riche de sur­prises et d’associations. Les thèmes sont plei­ne­ment pris en charge et la mayon­naise prend.

­- qu’est-­ce qui fait que la fic­tion prend de cette façon ? C’est quand la forme se tient que l’individu n’a pas à tan­guer entre choi­sir et (se) lais­ser aller, entre soi et l’autre…

- la forme de la DF, cette fic­tion, s’ancre de plus en plus dans la réalité, la réalité de nos vies. Elle a une influence sur nous.

­- com­ment se lais­ser influen­cer sans se lais­ser domi­ner ?

- com­ment tenir ce qui est à soi tout en lais­sant l’autre nous enri­chir ?

Bilan de l’après­-midi

­- à pro­pos des thèmes, je constate à quel point l’oppression peut être un enri­chis­se­ment et vice­-ver­sa. Rien n’est tout noir ou tout blanc. Com­ment pénétrer ces thèmes avec leurs poids sym­bo­lique et com­ment ils m’impactent ? Com­ment dan­ser à l’intérieur de cela ? Il s’agit de tou­jours lais­ser une porte d’entrée ouverte même quand mon état me dicte le contraire, même quand je n’en ai pas envie. Ce n’est pas facile car cela me demande d’aller cher­cher d’autres manières de regar­der, de voir, de me com­por­ter, d’aller au-­de­là de mes condi­tion­ne­ments, mais c’est cela, jus­te­ment, qui est pas­sion­nant.

­- j’ai beau­coup apprécié. C’est comme une micro­société où on peut prendre d’autres rôles. Se ser­vir des thèmes comme d’un levier. Re­malaxer, retra­vailler les choses ensembles. C’est un cadre précieux mais fra­gile. La mem­brane donne beau­coup de liberté d’expression.

Par rap­port à Ulysse, qui est le fils de Syl­vain qui a 2 ans et demi, il a été ques­tion en cours de danse ­forum, pour des rai­sons pra­tiques de gar­de­rie, qu’Ulysse puisse venir assis­ter à la DF, mais​des per­sonnes du groupe pen­saient que sa présence pour­rait peut­-être per­tur­ber la DF en train de se dérouler et qu’elle pour­rait peut-­être aus­si le per­tur­ber vu ce qui se tra­ver­sait. Ulysse est donc resté avec sa mère, à l’extérieur.

- fina­le­ment heu­reu­se­ment qu’il n’est pas venu. Mer­ci de nous avoir accepté, c’était très riche, inat­ten­du. Je n’ai jamais été habi­tué à par­ler de l’usage du corps.

­- c’est court. Quelque chose s’est ouvert. S’il y avait eu une autre après­-midi ou une journée complète, on aurait pu aller plus loin sur le che­min. Je sens, en termes artis­tiques, plein de possibilités. Les thèmes ont tra­vaillé en moi mais cela ne vient pas en mots. Cette construc­tion de la fic­tion me sort des oppo­si­tions. J’ai l’image de quelque chose qui s’enrichit et se com­plexi­fie. Je n’ai pas assez par­tagé ce qui me tra­ver­sait, pour­quoi ne pas par­ta­ger des des­crip­tions, des images ? Est-­ce que cela peut être intéressant de pra­ti­quer cela ?

­- impres­sion que les temps de forum peuvent être trop longs et pesaient sur cer­taines per­sonnes. C’est bien de nous lais­ser le temps de refor­mu­ler, mais en terme de dyna­mique, cela peut être trop long. J’ai de moins en moins envie de dire des choses sur les thèmes. Tra­vail de recherche sur des notions où le lan­gage est secon­daire.

­- pour­quoi ne pas par­ta­ger cer­tains temps de forum par de l’écriture auto­ma­tique (partagée ensuite). Sen­sa­tion de pra­tique trop courte par rap­port au par­ler.

- prévoir des journées complètes pour les pro­chaines fois.

Mon com­men­taire :

Nous nous sommes fait la remarque que la DF est un remar­quable outil d’éducation popu­laire. Je ne connais pas d’outil, à ce jour, aus­si riche parce qu’incluant tous les arts, les corps et le verbe ; sans hiérarchie aucune, où chacun.e peut faire le choix de s’exprimer comme il/elle l’entend.

Nous sommes tou.te.s accroc à la DF et avons décidé d’essayer de se voir au moins une fois par mois l’année pro­chaine. Donc, un bilan très posi­tif encore une fois !

Hervé pour la rédaction du CR.

Article créé le 16/02/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
37 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *