Ateliers Marseille

Compact


Danse forum
Comptes-ren­dus des ate­liers
Mar­seille

!! Com­pact – 19 avril 2009

— — -

Nous étions cinq pour cette pre­mière danse forum du prin­temps 2009 à Mar­seille.

Notre petit groupe était très hété­ro­gène, et la ren­contre fut éton­nante !

Dès le départ, nous avons déci­dé que le forum se ferait avec des mots, poé­sie lue ou scan­dée, pré­sence de sla­meurs oblige ! Pas de mem­brane scé­nique tra­cée, mais un espace scé­nique où nous pou­vions cir­cu­ler aisé­ment sur trois côtés, des livres de poé­sies posés de-ci de-là ; les mots ont che­vau­chés la danse, sans arrêts pour se dire ; cette façon de faire a bien fonc­tion­né. Par­fois, nous étions sans musique, pour lais­ser toute leur place aux mots.

Notre thème était : com­pact. Et il a tra­vaillé dans la forme autant que dans le fond. Deux pre­mières danses vécues comme trop diluées par l’un de nous, et hop, une nou­velle règle s’invente : désor­mais n’importe qui d’entre nous peut arrê­ter la danse en cours pour en signi­fier la fin. La camé­ra cir­cule, chaque danse sera fil­mée par l’un d’entre nous. Le thème nous sur­prend, de son illus­tra­tion à sa pure abs­trac­tion. Jusqu’à un poème de du Bou­chet lu au hasard et conte­nant le mot même, comme si l’auteur, de sa poé­sie sans air, nous avait dès le départ souf­flé son thème.

Une dan­seuse confir­mée était aus­si des nôtres, et j’ai pu voir encore à quel point, dans cet espace, chaque exper­tise a sa place ; sa danse pré­cise et affir­mée res­ser­rait encore un peu nos mou­ve­ments et l’espace, jusqu’au relief.

Je me sou­viens avoir per­çu, comme une trouée dans le ciel, à quel point le che­mi­ne­ment du thème était incons­cient, intui­tif, mul­ti­di­men­sion­nel, autant sinon bien plus que conscient et linéaire. Le thème éma­nant des sen­sa­tions de cha­cun, il les résume et les déter­mine pour la suite. Ain­si, je pense que plus les par­ti­ci­pants sont proches de leurs sen­sa­tions, via leur danse mais aus­si leur regard sur la danse, plus le thème sui­vra un che­min qui a sa logique propre, et fera sens pour cha­cun comme pour tous. C’est à véri­fier. Cela signi­fie­rait que cette deuxième ou troi­sième forme de pro­blé­ma­ti­sa­tion que l’on cherche depuis deux ans serait indis­so­ciable de notre tra­vail de la danse en par­tant des sen­sa­tions.

Cela signi­fie­rait éga­le­ment qu’il y a une vraie exi­gence à por­ter, en tant que joker, sur le fait de res­ter proches de nos sen­sa­tions. Exi­gence déli­cate, à manier avec art. Cer­tai­ne­ment le plus impor­tant se joue t’il au tout début d’une danse forum, dans ce pre­mier exer­cice de se relier à ses sen­sa­tions.

Je sup­pose que plus les par­ti­ci­pants seront proches de leurs sen­sa­tions tout du long d’une DF, moins le joker devra faire d’efforts de syn­thèse pour pro­blé­ma­ti­ser le thème. L’idéal du rôle du joker selon moi : lais­ser faire ! Etre juste garante du bon dérou­le­ment de ce qui se déroule…

Encore une idée souf­flée ce jour-là par un autre amant des mots : cha­cun construit son voca­bu­laire à par­tir du thème (thème éma­nant de nos sen­sa­tions) ; ce voca­bu­laire se construit à par­tir de cha­cun d’entre nous mais aus­si ensemble, via le regard sur la danse des autres. Ce voca­bu­laire, ce style ?, porte donc en lui-même une forme de pro­blé­ma­ti­sa­tion du thème. C’est une idée à déve­lop­per, à creu­ser.

Tout cela fut joyeux, vivant, débor­dant par­fois, mais aus­si concen­tré, sur un fil, en recherche… un bon­heur !

Nadine Gar­dères

Article créé le 16/02/2020 – modi­fié le 10/06/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
44 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *