Cheminement

Danse forum, bilans et perspectives


Danse forum
Che­mi­ne­ment de la danse forum

!! Bilans et pers­pec­tives – 8 mars 2008, à Venelles

Sur la pointe d’une herbe

Devant l’infini du ciel

une four­mi

Osa­ki Hôsai

Nous étions huit à nous réunir à Venelles, chez Andréine.

Etaient pré­sents : Alexandre D, Aman­da L, Andréine B, Ber­nard B, Éli­sa­beth K, Guillaume T, Johan­na B et Nadine G.
[Aurore, Ken, Lisa et Marie-Aude n’ont pu venir, bien qu’ils l’auraient sou­hai­té. Laurent sou­haite par­ti­ci­per à la danse forum mais pas aux réunions. Leo­nar­do suit de près les ate­liers, et nous envoie de Hol­lande ses ami­tiés.]

Cette réunion était une volon­té forte expri­mée par cer­tains des par­ti­ci­pants de la danse forum.

Le manque de par­ti­ci­pa­tion aux ate­liers depuis la reprise d’octobre 2007, les ques­tions concer­nant les ate­liers publics, le lieu du forum des ate­liers ain­si que les horaires et d’autres ques­tions étaient à l’origine de cette volon­té.

Andréine avait pré­pa­ré la réunion, en envoyant à cha­cun des par­ti­ci­pants une liste de points à abor­der lors de la ren­contre. Elle s’est ins­pi­rée du livre « Micro­po­li­tiques des groupes, pour une éco­lo­gie des pra­tiques col­lec­tives » de David Ver­cau­te­ren, HB Edi­tions, pour la métho­do­lo­gie de notre dis­cus­sion.

Lors d’une courte pré-réunion, la métho­do­lo­gie a été vali­dée par les per­sonnes pré­sentes, en fait tout le monde excep­té Guillaume, dont l’arrivée a « son­né » le début de notre entre­tien.

Voi­ci ces consignes :

Tout d’abord effec­tuer un tour de table appe­lé « point météo », lors duquel cha­cun exprime son état du moment et ce qu’il attend de cette réunion.

Ensuite il a été expli­qué que cha­cun pou­vait s’attribuer un rôle par rap­port au dérou­le­ment de la réunion, à savoir ; veilleur du temps, de l’ambiance… Il a été rap­pe­lé l’importance pour le groupe de se « sen­si­bi­li­ser aux signes » de dés­in­té­rêt, d’impatience, d’agacement…

La consigne sui­vante fut celle du « pas de côté ». A cer­tains moments de la réunion, un « pas de côté » est néces­saire. C’est un retour à une posi­tion « méta » qui per­met de por­ter un regard plus glo­bal sur ce qui est en train de se pas­ser, sur ce qui s’est pas­sé et ce à quoi ça nous mène (tou­jours du point de vue du dérou­le­ment de la dis­cus­sion). En bref, c’est prendre de la hau­teur et re-cadrer la dis­cus­sion.

Le point sui­vant est l’élaboration des objec­tifs for­ma­li­sés par une série de ques­tions aux­quelles cha­cun sou­haite répondre.

Une fois cette phase de pré­pa­ra­tion ter­mi­née, vient la dis­cus­sion gui­dée par les objec­tifs et les « pas de cotés ».

La der­nière chose rap­pe­lée a été l’importance de finir la réunion (un début, un milieu, une fin) afin de fixer et capi­ta­li­ser les acquis de la dis­cus­sion.

Une fois l’introduction ter­mi­née, la suite sera com­po­sée :

d’une vue d’ensemble des points météo

d’une liste exhaus­tive des ques­tions

du plan de la dis­cus­sion issu de ces ques­tions

du rap­port de la dis­cus­sion

des dif­fé­rents pro­jets

et du bilan de la dis­cus­sion.


Point Météo :

Les mots qui sont sor­tis de la bouche de cha­cun étaient :

ouver­ture

impa­tience

tient à cœur

besoin vital

espion­nage… (Ber­nard)

obser­ver l’évolution du groupe

par­fois le sen­ti­ment d’éloignement face au manque de dis­po­ni­bi­li­té

crainte que l’atelier danse forum s’arrête.

Les Objec­tifs :

Liste des ques­tions :

Moti­va­tions de cha­cun à pra­ti­quer la danse forum ?

Est-ce que nous nous situons dans un pro­ces­sus « vers l’avenir », ou dans une démarche/préoccupation tour­née « vers le deve­nir », de notre pra­tique ?

Quelles sont les rai­sons (contraintes, inadé­qua­tions) qui empêchent l’assiduité à l’atelier ?

Déter­mi­ner la ques­tion de l’assiduité néces­saire et/ou suf­fi­sante de la

pré­sence à l’atelier ?

Aspects pra­tiques : Où, quand, com­ment et dans quel but ?

Quels sont nos pro­jets ?

Qu’est ce qui fait que la danse forum se trans­forme ?

Pour­quoi (et le sent-on ?) la DF a‑t-elle besoin de se trans­for­mer ?

Notre pra­tique actuelle stagne, selon cer­tains par­ti­ci­pants. Pour­quoi ? Com­ment peut-on y palier ?

Sou­hait de par­ler de danse, afin d’approfondir notre pra­tique.

Sou­hait de par­ler de chant, d’enrichissement mutuel avec la danse.

Sou­hait de par­ler de théâtre, id.



Plan de la dis­cus­sion :

- Moti­va­tions de cha­cun à par­ti­ci­per à la DF

- Les contraintes de formes et de fond de la DF

- Le deve­nir, l’avenir, les pro­jets

- Le bilan

Les Moti­va­tions de cha­cun :

Nadine :

Désir : Dan­ser tous les jours dans cette pra­tique de la danse.

Besoin : Conti­nuer cette pra­tique avec ou sans vous.

Pos­si­bi­li­tés : Adap­tables dans une large mesure.

Enga­ge­ment : Grand.

Johan­na :

Désir : Dan­ser est un besoin vital pour moi, un plai­sir énorme.

Ques­tion : Com­ment à tra­vers la mise en mou­ve­ment du corps et ce plai­sir énorme, et le « cher­cher ensemble », on peut mou­voir les micro­po­li­tiques de notre vie et éven­tuel­le­ment les trans­for­mer. Pour le dire pom­peu­se­ment : com­ment chan­ger le monde à par­tir d’une pra­tique du corps ? C’est par la DF que j’ai trou­vé un début de réponse, et notre recherche va, pour moi, dans ce sens.

Besoin : Pou­voir en faire plus.

Degré d’engagement : Assez fort mais pas suf­fi­sant (trop d’autres choses à côté, que je compte dimi­nuer petit à petit, pour lais­ser plus de place à la DF).

Aman­da :

Pos­si­bi­li­té dans un lieu dans lequel je me sens bien d’explorer des sub­ti­li­tés, des contra­dic­tions en nous. Évo­luer.

«- Elle me fait du bien » : pos­si­bi­li­té de lire dans le corps.

Tou­cher au « sublime » fait reve­nir à la DF.

Alexandre :

Décou­verte de soi, endroit où l’on peut s’abandonner.

Andréine :
A chaque ate­lier il y a au moins un moment où quelque chose éclot, ça me nour­rit.

Enga­ge­ment : Très fort.

Guillaume :

Désir, besoin : Se faire du bien, col­lec­ti­vi­té, acti­vi­té créa­tive et tra­vail de recherche.

Enga­ge­ment : plus moti­vé par la pra­tique (le « faire ») que par le tra­vail de concep­tua­li­sa­tion.

Eli­sa­beth :

J’ai sen­ti que c’était juste, dans ma démarche.

J’apprécie que ça soit tou­jours en recherche, que ça soit dans le vrai, dans l’instant.

Si on doit faire un rapide résu­mé des moti­va­tions à pra­ti­quer la DF :

C’est une acti­vi­té de groupe en recherche à la fois coopé­ra­tive et per­son­nelle, à tra­vers laquelle on touche par­fois au sublime, au rare, au vrai, à l’instant.

Mal­gré les contraintes exté­rieures et inté­rieures beau­coup en veulent plus, avec ou sans la struc­ture actuelle.

A noter que cer­tain sont plus atti­rés par la pra­tique que par la concep­tua­li­sa­tion.

Les contraintes de formes et de fonds de la DF :

Alexandre :

Le moment impar­ti pour aller jusqu’au moment de « pur nou­veau » est mal uti­li­sé.
Il y a des lour­deurs dans la struc­ture de la DF ($ citer les­quelles).

Rou­tine anky­lo­sante.

Andréine :

C’est pour­quoi il est impor­tant de faire tour­ner le rôle du joker.

La forme de la danse forum a beau­coup évo­lué, elle s’est épu­rée, mais elle n’en est qu’à ses débuts.

Nadine :

Sou­hait de se ser­vir de la danse forum pour explo­rer la danse.

Depuis que je suis reve­nue, je constate que la trame est solide, viable.

Andréine :

Le forum, sous sa forme actuelle, reste d’actualité.

Il faut être flexible.

Aman­da :

Le same­di soir, ce n’est pas pos­sible pour moi, car si je veux avoir une vie sociale, c’est le seul moment où je peux voir mes amis. Same­di après-midi convien­drait, ou mieux encore, un soir en semaine.

Guillaume :

Serait-il pos­sible de pra­ti­quer en semaine ?

Il rap­pelle sa culture de Théâtre forum et l’importance qu’a pour lui la struc­ture et la pro­blé­ma­ti­sa­tion.

La struc­ture per­met d’avancer.

Ques­tion qui reste d’actualité, sur la per­ti­nence de la notion du « faire n’importe quoi », qui appa­raît comme un juge­ment. Le vision­nage de la vidéo n’est pas très inté­res­sant pour lui.

Andréine :

Com­ment faire pour ne pas sacri­fier l’évaluation au non-juge­ment, com­ment allier l’exigence inté­rieure à l’accueil incon­di­tion­nel de nos essais créa­tifs ?

Eli­sa­beth :

Il y a trop de place à la parole.

Dés­équi­libre entre le dia­logue et l’action.

Il lui semble pos­sible d’enchaîner les moments de danse sans par­ler, et réser­ver un temps de parole pour la fin.

La ques­tion du deve­nir :

Eli­sa­beth, Johan­na et Nadine ont expri­mé le fait qu’elles avaient pour pro­jet de créer d’autres groupes de danse forum (ou de la danse de la sen­sa­tion).
Il a alors été dit qu’il fal­lait com­mu­ni­quer entre ces dif­fé­rents groupes, gar­der des liens, s’échanger les comptes-ren­dus pour se tenir au cou­rant de qui fait quoi et com­ment ; ceci pour pou­voir s’enrichir mutuel­le­ment de toutes nos expé­riences, dans l’esprit de recherche coopé­ra­tive que nous avons adop­té depuis le début.

Eli­sa­beth a expri­mé que son ate­lier, qui com­men­çait à « se cher­cher » le jeu­di après-midi à St-Michel l’Observatoire, n’était pas de la DF, mais de « L’expression par la voix, le corps et les sons ». Son ate­lier trouve un lien avec la DF par son aspect fluide du spec­ta­teur (spec­ta­dan­seur) qui peut deve­nir acteur (dan­seur) à tout moment et inver­se­ment, ain­si que par sa recherche d’être pré­sent (ou ne pas être pré­sent), avec soi-même ou avec l’autre (les autres).

Andréine :

Pro­blème du nombre néces­saire de forum­dan­seurs lors des ate­liers publics.

Une fois par mois est-ce trop ?

Risque de se retrou­ver sans dan­seur. C’est un poids impos­sible à por­ter pour elle.

Aman­da :

Au sujet du nombre réduit des spec­ta­teurs et des par­ti­ci­pants en géné­ral, Aman­da sug­gère la com­mu­ni­ca­tion ciblée.

Le pro­blème de la salle (froide ou bruyante) et de son empla­ce­ment (loin pour tout le monde) est aus­si sou­le­vé à ce sujet.

Andréine :

La com­mu­ni­ca­tion par des affiches, c’est trop lourd et le résul­tat est trop faible par rap­port au tra­vail que cela demande.

Plus loin, en par­lant d’une pos­sible repré­sen­ta­tion aux méta-ate­liers, il est dit que c’est ce genre de com­mu­ni­ca­tion qui est plus effi­cace, dans des lieux où le public est déjà dans cette démarche de recherche coopé­ra­tive.

Il a été consta­té que la com­mu­ni­ca­tion par liste et mails , lorsqu’elle est adop­tée par un groupe (ce qui n’est pas encore vrai­ment le cas), était la plus effi­cace et la moins labo­rieuse ; mais cha­cun reste libre de faire des affiches et de les mettre dans des endroits qu’il pense per­ti­nent ; Andréine a spé­ci­fié très clai­re­ment qu’elle ne s’occuperait pas de cela.

Au sujet des ate­liers publics, l’autre ques­tion­ne­ment :

La néces­si­té d’un enga­ge­ment est impé­ra­tive.

Faut-il dire par exemple que telle ou telle per­sonne s’engage, soit à venir tant de fois par mois, soit à venir à tel ou tel ate­lier public ?

Les ate­liers publics men­suels sont-ils néces­saires ?

Ils per­mettent aux per­sonnes inté­res­sées par la danse forum de se fami­lia­ri­ser sans s’impliquer, en res­tant spec­ta­teur. Ils repré­sentent donc une faci­li­té d’accès à la danse forum.

Mais sommes-nous prêts à assu­mer une repré­sen­ta­tion régu­lière ?

Réflexion sur la néces­si­té d’un noyau pour la péren­ni­té de la DF.

Cer­tain sont d’accord pour en for­ma­li­ser un par des enga­ge­ments, d’autres pensent que ça ne s’impose pas, mais que c’est natu­rel du moment que la pra­tique attire suf­fi­sam­ment pour faire venir du monde régu­liè­re­ment.

Le ques­tion­ne­ment sur l’engagement débouche sur une autre réflexion : l’engagement lié à la com­mu­ni­ca­tion.

Andréine :

Exprime le besoin de res­ter en lien avec les autres par­ti­ci­pants, même s’ils ne viennent pas aux ate­liers. Et ce lien se fait prin­ci­pa­le­ment, pour l’instant, grâce à la lec­ture des comptes-ren­dus. Cha­cun peut se tenir au cou­rant et évi­ter les déca­lages d’informations (du genre mais de quoi on parle, en ce moment ?)

Guillaume et Aman­da ont dit leur manque d’intérêt pour lire les rap­ports d’ateliers lorsqu’ils n’y ont pas par­ti­ci­pé. Andréine témoigne de retours favo­rables envers le blog, par des per­sonnes n’ayant jamais par­ti­ci­pé à l’atelier.

D’autres ques­tion­ne­ments pra­tiques suivent : le lieu, le jour, l’horaire.

Tout a été fixé au moment de finir cette dis­cus­sion (voir plus loin).

Puis Eli­sa­beth dût par­tir.

Juste avant de par­tir, elle nous a par­lé de son pro­jet dans le Pays de For­cal­quier-Mon­tagne de Lure, inti­tu­lé « Chant Prin­temps », pro­jet d’une jour­née chant (un same­di par mois), afin de favo­ri­ser et de créer des liens entre les per­sonnes en situa­tion de han­di­cap et le tout-public par la voix et le chant. Ces ate­liers s’inspireront en par­tie de l’expérience de la DF (mais par la voix) et une ren­contre entre les chan­teurs et les dan­seurs de DF est pré­vue lors du der­nier same­di, le 21 juin à For­cal­quier (14h-16h).

Alors un pas de côté fut pro­po­sé.

Johan­na :

Plein de choses ont émer­gé, mais on n’a rien dis­cu­té encore en pro­fon­deur.

Andréine :

Il faut syn­thé­ti­ser et aller dans le concret.

Ber­nard :

Point de diver­gence : des gens qui ont besoin de régu­la­ri­té, d’implication, et d’autres qui viennent et repartent.
Com­ment accom­mo­der cela ? Il faut que se forme un noyau assez fort.

Retour à la dis­cus­sion.

Andréine :

Il faut trou­ver pour l’année sco­laire pro­chaine une salle à Aix-en-Pro­vence, pour abri­ter la DF si nous n’obtenons pas le same­di après-midi au dojo de Lam­besc, et/ou pour abri­ter l’atelier qui deve­lop­pe­ra le côté danse de la DF.

Pro­po­si­tion de jour et d’horaires :

Pour l’année pro­chaine : le same­di après midi, de 15h à 19h, ou le soir en semaine, de 19h00 à 22h30 (ou 23H si accord de tous).

Fré­quence heb­do­ma­daire.

Sup­pri­mer l’atelier public pour retrou­ver de l’élasticité. Et cela tant que le noyau n’est pas assez étof­fé.

Au sujet de la Com­mu­ni­ca­tion interne :

La dis­tinc­tion est faite entre relié – pas relié et atti­ré – pas atti­ré par la lec­ture des comptes ren­dus.

Andréine ne savait pas que la lec­ture des CR n’intéressait pas des per­sonnes inté­res­sées par la DF.

Pro­po­si­tion :

- De « répondre à l’envoyeur » lorsqu’on lit un mail, ce qui per­met­trait de savoir qui est inté­res­sé par quoi.

- De mettre des entêtes claires, détaillées et codi­fiées aux mails, pour per­mettre à tout le monde de savoir immé­dia­te­ment, avant de lire le mail, s’il s’agit d’une ques­tion pra­tique d’organisation, d’un CR ou encore d’autres thèmes.

Au sujet de la trans­for­ma­tion de la DF :

Elle se trans­forme à la ren­contre d’autres groupes (jusqu’à pré­sent, groupes de théâtre forum), et lorsqu’il y a cla­ri­fi­ca­tion pour cha­cun et pour le groupe des moti­va­tions et des enga­ge­ments.

Ques­tion :

Faire des ate­liers à l’extérieur ?

Oui, la DF ne doit pas s’isoler mais s’enrichir ; s’individualiser sans res­ter dans sa tour d’ivoire.

Johan­na donne une info sur une pro­po­si­tion d’atelier à Saint Etienne les Orgues (04). (voir fin)

Petit résu­mé inter­ro­ga­tif et sub­jec­tif d’Alexandre, le rédac­teur du rap­port de base sur lequel cha­cun a fait ses ajouts et rec­ti­fi­ca­tifs :

Sur les contraintes de fond de la DF, les avis sont divers, ça va de : struc­ture trop lourde, trop de parole, à, la trame ça roule, il faut faire tour­ner les rôles, être plus flexible, la struc­ture per­met d’évoluer.

Le pont entre le fond et la forme est le noyau. Si noyau roule, tout roule.

Le manque d’assiduité ? Dû aux impos­si­bi­li­tés pra­tiques et par­fois aux manques d’envies ?

Ce qui a été fixé c’est que le noyau est néces­saire, vital. Com­ment le conso­li­der ?

Etre relié ; il y en a qui lisent les CR, d’autres non. Est-il néces­saire de lire les rap­ports pour être relié ? Pour cer­tains oui, pour d’autres non. Le conte­nu des CR doit-il évo­luer ? Faut-il impo­ser de lire les CR ? Impos­sible et non sou­hai­table.

Sur la forme :

- Nous pre­nons la déci­sion de ne plus faire d’ateliers publics en fin de mois, tant que la situa­tion n’est pas plus claire, ques­tion assi­dui­té et mobi­li­sa­tion des dan­seurs, et tant que le noyau par­ti­ci­pant de la DF ne s’est pas étof­fé.

- Il y a de nom­breuses pos­si­bi­li­tés d’ateliers à l’extérieur pour mai, juin et après (voir pro­jets).

- Il nous faut faire en sorte que tous les groupes ins­pi­rés de la DF com­mu­niquent entre eux, réflé­chir ensemble à com­ment mettre en place cette toile.

- Trou­ver une salle sur Aix.

- En semaine de 19H à 22H30/23H ou le same­di après-midi de 15H à 19H.

- Son­dage sur l’intérêt pour les CR.

- Répondre aux mails si on les lit, signa­ler qu’on les a ouverts.

- Entêtes claires et stan­dar­di­sées, struc­tu­rées par thèmes.

Les pro­jets :

Johan­na :

- Aller à Bruxelles pour ren­con­trer le col­lec­tif qui éla­bore des concepts d’autoformation, pour confron­ter (j’avais écrit confor­ter…) nos recherches, nos outils.

Aller se confron­ter au milieu de la recherche sociale et d’autres milieux très divers.

- 17, 18 mai : une ren­contre de théâtre Forum a été envi­sa­gée, mais il semble que cela ne soit pas pos­sible (salle non adap­tée, Andréine et Ber­nard seront à Var­so­vie, Johan­na sera indis­po­nible, Nadine ? ) Déci­sion à enté­ri­mer ensemble.

- 25 mai, 15 – 18 h, pro­po­si­tion d’un ate­lier de DF mené par Johan­na à St. Etienne les Orgues, près de For­cal­quier à par­tir de la ren­trée 2008.

Andréine :

- A Aix-en-Pro­vence, pro­jet de ren­con­trer les méta-ate­liers.

Prin­cipe : Les méta (au-delà de) ate­liers (réunis­sant dif­fé­rents acteurs : profs, étu­diants, sala­riés, sdf, etc.)

- Créer un lien entre l’artistique, le poli­tique et le social.

- Obser­ver les influences mutuelles entre les dis­ci­plines lorsqu’elles sont pra­ti­quées simul­ta­né­ment au même endroit, chaque pro­jet pou­vant deman­der à d’autres une aide, un conseil, une par­ti­ci­pa­tion.

- Jux­ta­po­ser des dis­ci­plines autour d’un thème et obser­ver com­ment cha­cun aborde ce thème et les inter­ac­tions.

Nadine :

- Pro­jet d’organiser à Mar­seille des danse forum dans le garage amé­na­gé de sa mai­son col­lec­tive.

Résu­mé (par Andréine, à l’écrit) des déci­sions prises :


- Nous conser­vons jusqu’à fin juin 2008 les mêmes lieu et horaires.

- Nous renon­çons aux ate­liers publics en fin de mois. Ils deviennent des ate­liers heb­do­ma­daires, ce qui enlè­ve­ra la pres­sion du nombre mini­mum de par­ti­ci­pants aux ate­liers. L’atelier rede­vient ain­si le labo­ra­toire de recherche que nous aimons, où cha­cun s’implique selon sa mesure, sans pres­sion d’aucune sorte.

- Par contre, nous déve­lop­pe­rons les ate­liers iti­né­rants, nous dépla­çant, à quelques forum­dan­seurs, là où nous sommes sol­li­ci­tés et où nous avons envie d’aller repré­sen­ter la danse forum.

- Les ate­liers iti­né­rants favo­ri­se­ront l’accès de la DF à d’autres par­ti­ci­pants, et ain­si pour­ront per­mettre peu à peu de ren­for­cer le noyau des par­ti­ci­pants régu­liers (pour l’instant : Johan­na, Laurent, Nadine et moi).

- Nous essaye­rons l’année pro­chaine d’avoir le same­di après-midi au lieu du soir, au dojo de Lam­besc. En atten­dant, com­men­cer à cher­cher dès main­te­nant une salle sur Aix, pour le same­di après-midi de 15H à 19H, et/ou un soir en semaine, de 19H à 23H. La salle doit avoir un plan­cher en bois, ou des tata­mis au sol, et doit être chauf­fée, agréable. Le loyer devrait res­ter rai­son­nable (à déter­mi­ner ensemble), étant don­né le petit nombre de par­ti­ci­pants en moyenne, pour l’instant.

- Nous sommes quelques-uns à pen­ser que ce serait une bonne chose de déve­lop­per notre approche/recherche de la danse avec un ate­lier sur Aix, en plus de celui à Lam­besc. Avis aux ama­teurs, se signa­ler.

Le bilan de cha­cun :

Ber­nard :

Cela a été utile de pré­pa­rer la réunion, même si un moment c’est par­ti dans tous les sens – et c’est nor­mal.

Avoir der­rière la tête l’objectif de prendre des déci­sions, ça a aidé.

Groupe très hété­ro­gène (une bonne chose).

Johan­na :

Satis­faite par l’effort de for­ma­li­sa­tion.

Satis­faite car la réunion a per­mis de trier un cer­tain nombre de points, puis bien qu’on soit par­tis un moment en vrille – ce qui était néces­saire, cela nous a per­mis de reve­nir sur le cane­vas pré­vu.

Toute la dis­cus­sion m’a aidée aus­si mieux com­prendre com­ment fonc­tionnent les autres. Cela a per­mis de mettre à plat cer­tains points.

Com­ment dépas­ser ses dif­fé­rences et quand-même faire quelque chose ensemble ?

Guillaume :

Satis­fait. La notion du « n’importe quoi » reste à explo­rer.

Nadine :

Sou­ligne l’importance de se pen­cher une bonne fois sur la notion d’évaluation non-jugeante.

Ne pas s’empêcher d’évaluer, car ça fait avan­cer. Édu­quer son regard.

Ber­nard :

Y com­pris sur soi.

Nadine :

Besoin de temps pour que ce qui est dit dans cette réunion se décante.

Alexandre :

A pris conscience des dif­fé­rences d’implication au sein du groupe et de leurs consé­quences.

Aman­da :

A appré­cié le res­pect.
Pas assez d’émotion, tout le monde un peu trop dans soi.
Sen­sa­tion d’ennui par­fois.

Andréine :

Uti­li­ser nos dif­fé­rences.

Rajouts de quelques par­ti­ci­pants après lec­ture du rap­port :

Johan­na :

En réponse à Guillaume : la concep­tua­li­sa­tion ne fait-elle pas par­tie de la pra­tique ?

Andréine :

Jusqu’à cet été, nous avons fonc­tion­né – cela nous conve­nait et a don­né de bons résul­tats – avec la consigne admise par tous que cha­cun s’impliquait exac­te­ment quand et comme il vou­lait, sans avoir à se jus­ti­fier, et en sachant que cela ne pose­rait pas pro­blème aux autres. Un noyau s’est for­mé de cinq ou six per­sonnes, et des per­sonnes gra­vi­tant autour (depuis, Leo­nar­do est par­ti pour la Hol­lande, Alexandre était à Paris).

St Michel l’Observatoire a été l’occasion de tes­ter l’outil danse forum. Même avec toutes ses imper­fec­tions, il fonc­tionne assez remar­qua­ble­ment. Un cap a été fran­chi avec cette expé­rience, nous fai­sant pres­sen­tir le besoin de com­men­cer à pen­ser la repré­sen­ta­ti­vi­té et la trans­mis­sion de la danse forum. Cela deman­dait un ajus­te­ment interne au fonc­tion­ne­ment du groupe, dont nous n’avons pas vu l’absolue néces­si­té, ou pour lequel nous n’étions pas prêts.

Repré­sen­ta­ti­vi­té et trans­mis­sion demandent à l’évidence un autre type d’implication et d’engagement, au moins pour le noyau. Une fois le noyau un peu étof­fé, cela ne pré­sen­te­ra pas d’inconvénient que d’autres par­ti­ci­pants s’impliquent peu ou pas, et que d’autres encore gra­vitent comme des élec­trons libres. Au contraire, ils sont néces­saires à la vie et dyna­mique de la danse forum, de par les échanges qu’elle doit entre­te­nir avec l’extérieur si elle ne veut pas s’étioler ou se sclé­ro­ser.

Rem­pla­cer l’atelier public de fin de mois en ate­lier heb­do­ma­daire simple, est pour moi un sou­la­ge­ment. Il était en contra­dic­tion avec notre antienne : libre de venir ou pas, de s’impliquer ou pas, sachant que cela ne pose de pro­blème à per­sonne. Si un jour le noyau devient plus impor­tant, nous pour­rons tou­jours ré-envi­sa­ger cet ate­lier men­suel public.

Pri­vi­lé­gier les ate­liers iti­né­rants et ponc­tuels (plu­tôt que ancrés et men­suels) me semble être une excel­lente façon, à la fois de nous for­mer, de par­ta­ger nos trou­vailles et de les mettre en regard cri­tique.

Dans notre réunion, nous n’avons abor­dé qu’un des aspects qui nous tient à cœur pour les nou­veaux groupes de danse forum : celui de gar­der un lien avec les autres groupes, par le biais de la liste ladan­se­fo­rum, avec des rap­ports d’ateliers, des articles etc. Mais je pense néces­saire l’élaboration de « charte mini­mum » en danse forum, dont nous avions par­lé cet été. Il nous fau­dra aus­si appro­fon­dir un jour les spé­ci­fi­ci­tés de la danse forum par rap­port aux autres formes de danse et d’inter-action avec le public, pour la situer dans les pra­tiques actuelles. Culti­ver nos dif­fé­rences pour enri­chir la palette…

— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — -

Bonus

Andréine repro­duit ici son texte de pré­pa­ra­tion de la réunion. Cela per­met­tra à cha­cun d’évaluer ce qui a été réa­li­sé pen­dant cette réunion, de ce que nous avions pré­vu. En par­ti­cu­lier, la fin et le bilan me semblent un peu esca­mo­tés, dûs à la fatigue, la faim, et notre envie de nous rendre dis­po­nibles à nos convives, quatre amies, actrices-dan­seuses. La plus jeune, de quelques mois, a déjà hono­ré la danse forum de sa par­ti­ci­pa­tion.

Pour com­men­cer, quelques cita­tions ont été lues, tirées de Micro­po­li­tiques des groupes :

« Les réunions sont autant de ten­ta­tives de culti­ver du com­mun et de pro­duire de l’intelligence col­lec­tive. Cette intel­li­gence porte tout à la fois sur les prises que nous déve­lop­pons par rap­port à une situa­tion et sur la manière dont nous fai­sons groupe. »

« Se don­ner le luxe de faire du groupe un ter­rain de trans-for­ma­tion. »

« La créa­tion d’un groupe exprime la ten­ta­tive de sor­tir d’un état d’impuissance et de sépa­ra­tion par rap­port à un pro­blème ou une ques­tion qui importe pour ceux qui décident de s’associer. »

« Le cri­tère d’un bon groupe est qu’il ne se rêve pas unique, immor­tel et signi­fiant, mais se branche sur un dehors qui le confronte à ses pos­si­bi­li­tés de non-sens, de mort ou d’éclatement, en rai­son même de son ouver­ture aux autres groupes. »
Guat­ta­ri, psy­cha­na­lyse et trans­ver­sa­li­té.

« Ce qui inté­resse avant tout la pen­sée, c’est l’hétérogénéité des manières de vivre et de pen­ser, en tant que telles, non pour les décrire et les clas­ser, mais pour déchif­frer leur sens, c’est à dire l’évaluation qu’elles impliquent. »

Zou­ra­bi­ch­vi­li : Deleuze, une phi­lo­so­phie de l’événement.

Pas­sages et repaires pen­dant la réunion

1- Début :

A- Pré­pa­rer et apprendre à pré­pa­rer :

- s’agit-il de fina­li­té à atteindre ? ou de pos­sibles à réa­li­ser ? (ques­tion morale de l’éternité : ouver­ture à la pos­si­bi­li­té de mettre fin à l’aventure col­lec­tive.) Dis­cu­ter le fond de la moti­va­tion

- favo­ri­ser la mue, les pas­sages : en finir avec le linéaire

- avoir du « deve­nir » plu­tôt que de « l’avenir »

- déci­sion au sein d’un groupe : pas­ser du « moi, je pense », à « nous, nous pen­sons ».

B- Point météo, com­ment cha­cun se sent au moment même et par rap­port à cette réunion.

C- Besoins de cha­cun pour que la réunion soit une occa­sion d’apprendre ensemble et de trans-for­ma­tion : rôles de veilleur du temps, ambiance, écri­ture, pas de côté, se rendre sen­sible aux signes…

D- Objec­tifs : occa­sion d’apprendre ensemble, et de trans-for­ma­tion

- liste des points à abor­der

- tis­sages entre les objec­tifs

- temps

- pro­cé­dé : com­ment allons-nous faire ?

2- Milieu

a) Déve­lop­pe­ment des ques­tions

b) Impasses et pas de côté :

- sus­pendre le cours natu­rel des choses, débats et acti­vi­tés

- regar­der et pen­ser ce qu’on est en train de faire, éva­luer la situa­tion (force-affect) et modi­fier en temps réel le tra­cé de la parole, de l’activité.

3- Fin et bilan

- rap­pe­ler les déci­sions prises.

- pro­gram­mer la suite du tra­vail.

- recueillir l’expérience du groupe de pré­pa­ra­tion, éva­luer cette expé­rience.

- pas de côté : reve­nir sur le pro­ces­sus, sur la manière de faire du groupe, en tirer un savoir ou une ques­tion.

Mes ques­tions, sou­mises avant la réunion :

- les moti­va­tions et le vécu de cha­cun, ses dési­rs et ses besoins,
son degré d’engagement, ses pos­si­bi­li­tés. Com­bien d’ateliers par mois :
enga­ge­ment de cha­cun.

- les causes du manque d’assiduité.

- l’horaire et le lieu de l’atelier.

- si nous chan­geons de lieu, que faire par rap­port à Lam­besc, sachant
que si nous nous reti­rons, nous n’aurons pas la pos­si­bi­li­té de
reve­nir.

- la per­ti­nence d’un ate­lier heb­do­ma­daire.

- la per­ti­nence des repré­sen­ta­tions publiques men­suelles.

- le suc­cès de la repré­sen­ta­tion publique de cet été à St Michel
l’Observatoire a‑t-il chan­gé la donne ?

- com­ment amé­lio­rer le conte­nu de l’atelier si on décide de le pour­suivre ? éva­lua­tion imma­nente.

- com­ment le nour­rir ?

- com­ment com­mu­ni­quer faci­le­ment les infos de base entre nous ? com­ment consul­ter les absents ?

- la per­ti­nence de la liste ladan­se­fo­rum.

- la per­ti­nence des envois grou­pés.

Article créé le 16/02/2020 – modi­fié le 10/06/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
38 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *