Cheminement
Réunions diverses

Avant-propos, danse forum publique


Danse forum
Che­mi­ne­ment de la danse forum

!! Avant-pro­pos à une danse forum publique – juillet 2007

Voi­ci les dif­fé­rents points que j’ai abor­dés lors de l’introduction à la repré­sen­ta­tion publique du 7/7/07 au fes­ti­val du « Plus Beau Théâtre du Monde » (voir liens), avec quelques com­plé­ments de notes.

’’’A – La danse forum est née en 2005.’’’

Il nous a fal­lu une année d’incubation. Nous dan­sions en recherche
du mou­ve­ment « juste », et avec l’idée de la danse forum, sans savoir
par où la prendre.

C’est Elsa Bonal, lors du pre­mier fes­ti­val du PBTM de 2005,
qui nous a invi­tés à en mon­trer les pré­misses : une danse forum
impromp­tue, qui s’essayait tout en s’élaborant, avec au départ un
seul dan­seur, un joker qui per­dait tous ses repaires mais pas ses
moyens, et des spec­ta­dan­seurs qui ne savaient pas encore qu’ils
allaient s’appeler ain­si. Je raconte cet évé­ne­ment tota­le­ment
impro­vi­sé et « pour­tant » fon­da­teur dans : http://​wiki​.leti​.lt/​p​m​w​i​k​i​.​p​h​p​?​n​=​D​a​n​s​e​F​o​r​u​m​.​A​v​a​n​t​P​r​e​m​i​e​r​e​D​e​D​a​n​s​e​F​o​rum

’’’B – Depuis, l’atelier de Lam­besc pour­suit ses recherches.’’’

Le théâtre forum nous a natu­rel­le­ment beau­coup influen­cé.

Nous aurions pu faire un copié col­lé du théâtre à la danse. Je pense
que cela aurait été pos­sible sans pré­sen­ter de
dif­fi­cul­tés majeures : il suf­fi­sait de gom­mer peu à peu le côté
expres­sion orale, de déve­lop­per la ges­tuelle. Avec l’expressivité de
la danse, et ses capa­ci­tés d’illustration nar­ra­tive, la danse forum
pou­vait s’inscrire en conti­nui­té presque par­faite avec le théâtre
forum.

Entre théâtre, danse et TF, les influences sont mul­tiples. En Ita­lie, par exemple, une troupe de danse s’inspire du TF, en « Danse-théâtre ». Le « Cho­reo­gra­phic Theatre Miche­li­na Capa­to Sar­tore » donne des
stages inter­na­tio­naux, dont un a lieu ces jours-ci en Espagne. Je tra­duis, à par­tir de l’anglais, le texte qui est lui-même une
tra­duc­tion de l’italien :

« Nous nous foca­li­se­rons sur un tra­vail phy­sique de danse-théâtre, où
nous trou­ve­rons une rela­tion entre la cho­ré­gra­phie, les émo­tions et
le texte, de façon à pou­voir lire les images avec dif­fé­rentes
inter­pré­ta­tions et signi­fi­ca­tions, ce qui per­met au public de
par­ti­ci­per au pro­ces­sus créa­tif.

A par­tir d’une cho­ré­gra­phie impul­sive, nous ver­rons com­ment détec­ter
les conflits dans un groupe, et quoi en faire en danse-théâtre. Nous
tra­vaille­rons éga­le­ment la libé­ra­tion de la voix à par­tir du corps et
du mou­ve­ment, et nous ver­rons com­ment appli­quer la méthode à
dif­fé­rents groupes. »

(Cho­reo­gra­phic Theatre Miche­li­na Capa­to Sar­tore (Ita­ly) :
We will focus in a phy­si­cal work of theatre-dance, where we will find a
rela­tion­ship bet­ween the cho­reo­gra­phy, the emo­tion and text, making pos­sible
to read a dif­ferent inter­pre­ta­tions and mea­nings of the images that turns the
audince as a par­ti­ci­pants in the crea­tive pro­cess. From the impul­sive
cho­reo­gra­phy, we will see how to detect conflicts in a group and how to
manage them from the dance-theatre. Also it will be wor­ked the libe­ra­tion of
the voice with the body and the move­ment, and we will see ways to apply the
method with dif­ferent groups.)

- Mais, depuis le début, nous avons vou­lu uti­li­ser la danse comme un medium à part entière,
’’’une danse auto­nome’’’, qui ne soit pas du théâtre muet, dan­sé, ni du
mime.

- Pour cela, nous avons été ame­nés à consi­dé­rer les « spé­ci­fi­ci­tés de
la danse ». Elle se base sur trois dimen­sions : le temps, l’espace et
le poids/intensité. Ce sont des notions abs­traites, en cela qu’elles
ne racontent pas une his­toire.

De plus, nous nous sommes tour­nés vers une approche plus
« contem­po­raine » de la danse, qui se veut ni illus­tra­tive ni
nar­ra­tive. Merce Cun­nin­gham résu­mait cela en disant : « Dance is
motion, not emo­tion. »

Nous com­men­çons à nous ins­pi­rer des avan­cées com­tem­po­raines des
autres arts (poé­sie, pein­ture, musique, ciné­ma, pho­to­gra­phie).

Nous pour­rions appe­ler une telle danse : la « poé­sie du non-dit », qui
opère une mise à dis­tance entre l’œuvre et le spec­ta­teur. Celui-ci a
ain­si l’espace pour re-créer l’œuvre qu’il voit, en une « créa­tion
seconde ». C’est le concept du « Dhva­ni », ou « sug­ges­tion créa­trice »,
déve­lop­pé au 7° siècle avant notre ère au Cash­mire par Abhi­na­va­gup­ta
et les artistes de dif­fé­rentes dis­ci­plines venus le rejoindre, pour
éla­bo­rer ensemble les « Théo­ries de l’esthétique ».

- Pour com­men­cer à appro­cher la danse avec cette exi­gence, nous avons
été assez vite ame­nés à ’’’sor­tir des sté­réo­types’’’ qui rimaient avec
faci­li­té :

a) Nous avons d’emblée renon­cé à imi­ter un style de danse, qu’il soit
folk­lo­rique, clas­sique, néo­clas­sique, moderne ou contem­po­rain etc.

b) Nous avons eu à nous réap­pro­prier la danse, avec le corps que nous
avons, ses ten­sions, limites et inca­pa­ci­tés. Nous repre­nons à notre
compte le par­ti pris d’Augusto Boal : « Pour dan­ser, il n’y a pas
besoin d’être dan­seur. C’est en dan­sant que l’on devient dan­seur. »

- C’est à par­tir de là que nous avons com­men­cé à avoir des ennuis…

Car enfin, com­ment faire un forum à par­tir d’abstraction et de sug­ges­tion ?

Et cette autre ques­tion se pose à nous à chaque ins­tant : par quoi
sommes-nous gui­dés, sans style à imi­ter ?

- Au fur et à mesure de nos recherches, nous avons com­men­cé à voir se
des­si­ner deux pistes.

*’’’1 – Se relier aux sen­sa­tions ’’’

Fruit de notre His­toire et de notre his­toire, de notre pré­sent et du
futur tel que nous l’imaginons, la sen­sa­tion nous appa­raît comme une
source infi­nie de créa­ti­vi­té. Elle est l’interface entre le monde et
soi, elle est le moyen de per­ce­voir le monde et donc de le recréer en
soi. Sans per­cep­tion, le monde n’existe pas.

La sen­sa­tion est l’interface entre phy­sique et men­tal, conscient et
incons­cient, volon­taire et invo­lon­taire. C’est par la sen­sa­tion que
le dan­seur peut avoir accès à l’involontaire et à l’inconscient.

La sen­sa­tion offre de nom­breux avan­tages : elle évite la
psy­cho­lo­gi­sa­tion facile, elle déve­loppe l’imagination et les
émo­tions, qui nour­rissent à leur tour la sen­sa­tion. C’est un cercle
ver­tueux, où le retour à la sen­sa­tion per­met de relan­cer le mou­ve­ment.

Enfin, l’accueil incon­di­tion­nel de la sen­sa­tion, obser­vée sans être
modi­fiée, lais­sée libre d’évoluer, nous met en accord avec nous-mêmes
et avec les autres, et donne l’espace pour une récon­ci­lia­tion.
Nous ces­sons de pro­je­ter un idéal après lequel il nous faut cou­rir
sans jamais vrai­ment pou­voir l’atteindre. Nous par­tons de ce qui est
et de com­ment nous sommes, de là où nous nous trou­vons.

*’’’2 – Le « moment déci­sif »’’’

Déve­lop­pé par Georges Braques, Hen­ri
Car­tier-Bres­son et Robert Bres­son, le moment déci­sif est cet ins­tant,
qui peut durer, où le peintre/photographe/cinéaste/danseur ne pense
pas le geste avant de le faire. Dans l’infini des pos­sibles qui
s’ouvre à lui, un seul geste va s’imposer comme une néces­si­té. C’est
un outil d’improvisation créa­tive.

On n’entend pas le dan­seur pen­ser, on danse avec lui.

’’’C) Concrè­te­ment, com­ment se passe la danse forum ?’’’

*La mise en route des dan­seurs nous appa­raît pri­mor­diale.
*Emer­gence du thème.
*Pro­blé­ma­ti­sa­tion par les spec­ta­dan­seurs, etc.
Voir l’article : http://​wiki​.leti​.lt/​p​m​w​i​k​i​.​p​h​p​?​n​=​D​a​n​s​e​F​o​r​u​m​.​L​a​D​a​n​s​e​F​o​rum

Andréine Bel

Article créé le 16/02/2020 – modi­fié le 10/06/2020

comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
40 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *