Ateliers Ille-et-Vilaine

Agir dans l’impuissance


Danse forum
Comptes Ren­dus des Ate­liersIlle et Vilaine

!!Agir dans l’impuissance Ecrasement/soulèvement – 2/4/17

https://​col​lec​tif​sans​tete​.word​press​.com/​a​g​i​r​-​d​a​n​s​-02 – 04-17/

Présents : Chris­tian, Sabri­na, Antoine, Nico, Hervé, Léa.

Expli­ca­tions du dis­po­si­tif pour Sabri­na

Éveil : mené par Léa

Hervé : mou­ve­ments de bras très larges, flexions/extensions, rebonds, marches.

Antoine : rota­tions, soulèvements, cra­quer, pres­sion, immo­bi­li­sa­tion, marche, souffle, détente.

Léa : immo­bi­li­sa­tion, marche, mou­ve­ments de bras recherche de mou­ve­ments conti­nus, fluides.

Nico : immo­bi­li­sa­tion au sol, détente, immo­bi­li­sa­tion subie, rebonds debout, 1 par­tie du corps immobilisée.

Chris­tian : balan­ce­ments, tor­sions, marches, sau­tille­ments, arrêts.

Sabri­na : étirements, balan­ce­ments, contraction/étirements, ressort/rebonds et arrêts.

30 minutes de danse libre

Repas

Thème réflexif : Agir dans l’impuissance

Éveil : mené par Hervé

Hervé : rebonds, flexions, marches saccadées, rota­tions de bas­sin.

Nico : courbes du dos, courbes des bras, puis­sance mus­cu­laire dans les bras.

Léa : au sol, se traîner, mou­ve­ments larges en contact avec le sol, marches aveugles.

Sabri­na : contact avec moi-même, flexions/extensions, mou­ve­ments amples et rota­tifs, réveiller l’énergie, déplacements, écrasement/soulèvement.

Antoine : frot­te­ments, étirer/hyper exten­sion, tor­sion des arti­cu­la­tions, nausées, poids qui tombe.

Chris­tian : rota­tions, baille­ments, marches, étirements.

Thème sen­si­tif : écrasement/soulèvement

Temps de danse 1 : Léa tilte

Antoine : avec le thème, idée de prendre le centre, agir. Liberté quand on est seul en jeu. Impuis­sance liée à la présence de l’autre ? L’envie de sta­bi­li­ser empêche l’autre de bou­ger. Com­ment mes actions sur les autres modi­fient-ils leurs mou­ve­ments ?

Chris­tian : a joué musique avec des varia­tions prégnantes. Quelque chose d’entêtant, gluant, obsédant. Puis bor­dure scénique parce que Hervé fait rire et puis poème. Musique cares­sante du sax qui donne envie de chan­ter. Chan­ge­ment d’atmosphère musi­cale. Spontanéité du geste d’Antoine avec Hervé. Image d’animalité qui apparaît. Est-ce que l’impuissance, l’agir n’interrogerait pas quelque part l’animalité ? Est-ce que l’impuissance ne soulève pas la part d’animalité de l’humain ?

Sabri­na : besoin de me contraindre phy­si­que­ment. Moment où je me suis sen­tie sur­prise : on a le droit d’intéragir avec les autres mais impuis­sance de le faire par pudeur. À la bat­te­rie coupée de la vision par les cym­bales, impuissance/frustration. Envie d’aller vers les autres mais ne pas pou­voir y aller. Sax : moment où je me suis sen­tie en lien. Lâcher prise. Com­ment je choi­sis de vivre mon impuis­sance ? Lien entre soi et l’autre.

Nico : beau­coup dans l’écrasement et l’impuissance. Beau­coup dansé concentré sur les sons, recro­que­villé comme quand on dort. Avant texte « catas­trophe », impres­sion d’être opprimé par les sons extérieurs : beau­coup d’imposition. Recro­que­villé par défense. Pri­son­nier de mon état. Lever de main pour sor­tir de cet état. Pour aller contre. Est-ce que c’est un bon choix de se lais­ser écraser sans se lais­ser détruire ?

Hervé : tombé dans une espèce de folie, je suis rentré et vu le thème. Sen­sa­tion d’être aspiré, pris. Dis­lo­ca­tion par les mots des thèmes. Écartelé. Ani­mal mais conscient. Jouis­sif. Impuis­sant mais je pou­vais agir. Res­sen­ti une liberté. Hervé il était plus là. Espèce de transe. Qu’est-ce qui m’est arrivé ? Est-ce que se lais­ser pénétrer par l’impuissance n’amène pas la liberté ?

Nico : état de conscience modi­fié.

Temps de danse 2 (Hervé tilte) Écriture libre

Temps de danse 3 (Sabri­na tilte)

Nico : Beau­coup de réactions entre bor­dure et scène.

Léa : quand je sens l’impuissance, l’écrasement sur scène, je m’en extrais pour essayer de résoudre par le des­sin. Dans quelle mesure la mul­ti­pli­ca­tion des médias ouvre le champ des pos­sibles ?

Antoine : Est-ce qu’il y a quelque chose qui change quand un dan­seur com­mence à lire quelque chose sur scène, et quand il décide de ren­trer sur scène ? Très intéressant d’être sur deux niveaux de jeu.

Léa : Aà la fin, je suis vrai­ment dans l’écrasement.

Chris­tian : c’est la 1ère fois que je joue de la bat­te­rie puis dis un texte et danse. Très intéressant d’avoir cette conti­nuité. Essayer de trou­ver le moment juste pour démarrer autre chose. Essayer d’affirmer sa cohérence par rap­port à soi. Intéressant de jouer sur la notion de distance/rapprochement.

Article créé le 16/02/2020

2 recommended
comments iconCommenté 0 fois
0 commentaires
76 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *